3 bases de données cloud chez Google pour les entreprises

Cloud BigTable est le service de base de données NoSQL qui sous-tend de nombreux services de Google comme Search, Analytics, Maps et Gmail. Il est conçu pour gérer d'importantes charges avec de faibles latences.

Cloud BigTable est le service de base de données NoSQL qui sous-tend de nombreux services de Google comme Search, Analytics, Maps et Gmail. Il est conçu pour gérer d’importantes charges avec de faibles latences.

Google vient d’annoncer la disponibilité générale de trois bases de données : Cloud SQL, Cloud Datastore et Cloud Bigtable. Par ailleurs, l’éditeur simplifie le déploiement de Microsoft SQL Server sur son infrastructure Compute Engine.

Google veut inciter les entreprises à utiliser sa plate-forme de cloud public pour déployer des services de base de données. Il assure que celle-ci est suffisamment stable pour assurer des charges de travail en production. A cet effet, le fournisseur a annoncé la disponibilité générale de trois produits : la 2ème génération de son service de bases managées Cloud SQL, sa base de données de documents NoSQL Cloud Datastore et son service de bases NoSQL Cloud Bigtable qui fait tourner des produits comme Gmail. A chacun d’eux est associé un contrat de niveau de service, garantissant une disponibilité suffisante. La première génération de Cloud SQL, par exemple, a été lancée il y a cinq ans et Google dit avoir aidé « des milliers d’entreprises à construire des applications » avec ce service.

Dominic Preuss, chef de produit principal de Google pour le stockage et les bases de données, a déclaré lors d’un entretien que de nombreuses entreprises attendaient que les services cloud soient généralement disponibles avant de les adopter. Les annonces faites hier sont destinées à ces clients en particulier alors que Google essaye de concurrencer Amazon, Microsoft et IBM en attirant de gros entreprises vers son cloud. Sur ce créneau, son service Cloud SQL, qui permet aux clients de faire tourner une base de données entièrement gérée par Google dès qu’elle est configurée, est l’un des principaux produits. Le fournisseur affirme que pour effectuer certaines tâches, la deuxième génération de Cloud SQL (disponible partout depuis hier) est plus rapide que le nouveau service de bases de données Aurora d’Amazon.

Google facilite le déploiement de MS SQL Server sur son cloud

En plus de ces trois annonces, Google a également fait savoir qu’il simplifiait le déploiement de Microsoft SQL Server avec Google Compute Engine (GCE), son offre d’Infrastructure-as-a-Service (IaaS). Désormais, les utilisateurs pourront faire tourner des instances GCE comprenant des licences SQL Server, facturées à la minute. Cela signifie que Google prendra en charge la lourde gestion de la facturation des licences de la base de données serveur de Microsoft. Quant aux utilisateurs de SQL Server, ils pourront faire tourner la solution dans le cloud de Google. (À l’heure actuelle, ce service est proposé en version bêta.)

Google a également annoncé la disponibilité générale des clés de chiffrement fournis par le client dans son produit Cloud Storage pour verrouiller les données. L’outil permet aux entreprises, très soucieuses de leur sécurité, d’empêcher leur fournisseur de stockage et hébergeur dans le cloud d’accéder à leurs données. Ces annonces interviennent environ un mois et demi avant une conférence axée sur le cloud organisée par Google à San Francisco pendant laquelle le fournisseur devrait annoncer d’autres fonctionnalités pour son cloud.

Go to Source


bouton-devis