Accélération, protection : Google accentue ses efforts pour la presse en ligne

Google avait préparé quelques annonces à l’occasion de la venue de Sundar Pichai à Paris, hier. Dans l’amphithéâtre de Science Po, le nouveau PDG de Google a ainsi commencé par rappeler son amour de la presse et du journalisme, avant de détailler les nouveautés prévues par Google sur ce secteur.

Premier cheval de bataille, le projet AMP, pour Accelerated Mobile Pages. Google avait annoncé en octobre 2015 le lancement de cette nouvelle technologie, qui s’inspire fortement des techniques mises en place par Apple et Facebook avec Instant Articles ou Apple News. L’idée est là aussi d’accélérer la navigation sur les terminaux mobiles en proposant un format spécifique permettant d’alléger le chargement de la page.

Google inaugure donc officiellement le déploiement d’AMP en Europe, dans 6 pays, dont la France. Ces nouveaux formats sont proposés via un carrousel, disponible sur la version mobile de Google Actu. Le carrousel propose une sélection de pages aux formats AMP, mises en avant et proposées à l’utilisateur.

Google joue les protecteurs

Outre le lancement d’AMP, Sundar Pichai a également présenté un nouveau projet, baptisé Project Shield. Et il semblerait que Google vienne marcher sur les platebandes de Cloudflare en proposant aux sites de presse une protection anti-ddos, « afin de lutter contre la censure de la presse » comme l’expliquait Sundar Pichai. Peu de détails sur le fonctionnement technique de Project Shild, tout au plus on saura que celui-ci fonctionne à l’aide d’un proxy inverse et permet à Google d’absorber le volume des attaques contre un site. Celui-ci est mis à disposition de manière gratuite aux éditeurs qui souhaitent en bénéficier.

Enfin, peu de nouvelles du projet Digital News Initiative, le fonds de soutien européen mis en place par Google pour soutenir les projets médias européens. On a donc appris que la première vague de projets retenus par Google représentait au total 128 éditeurs et entreprises, dans 28 différents pays, qui se sont vu verser au total 27,3 millions d’euros. Les projets français ont récolté 2,3 millions d’euros, sans que Google n’annonce le nom des projets concernés. Tout au plus, on saura grâce à Mind (ex Satellinet) qu’un projet du Monde.fr baptisé Hoaxbusters fait partie des candidatures retenues.

Go to Source