Adobe met fin à ses audits de licences en Europe

Mis en place avec les clients, Adobe Genuine est présenté comme un programme de protection contre l'achat de logiciels contrefaits.

Mis en place avec les clients, Adobe Genuine est présenté comme un programme de protection contre l’achat de logiciels contrefaits.

Avec l’évolution de ses logiciels vers le mode SaaS et la mise en place de services tels que Genuine (conçu pour détecter l’authenticité de ses produits), Adobe met progressivement un terme à ses audits de licences classiques, souligne Gartner. Après la région Amériques et le Japon, l’éditeur de Creative Cloud et d’Adobe Reader arrête son programme en zone EMEA.

Au début du mois, Gartner a signalé dans un billet la décision d’Adobe d’arrêter ses programmes d’audits et de mise en conformité de ses licences logicielles au niveau mondial. L’éditeur de la suite applicative Creative Cloud a confirmé l’information, selon Stephen White, directeur de recherche au sein du cabinet d’études, qui précise que ces programmes ont été stoppés en Amérique du Nord, en Amérique latine et au Japon dès novembre 2015 et que l’arrêt du programme est en cours dans la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA). Ces audits ne seront maintenus que sur certains marchés en Asie-Pacifique.

Evolution des stratégies d’audit de licences des éditeurs les plus actifs sur ce terrain entre 2009 et 2014. (source Gartner)

« Jusqu’à récemment », Adobe était pourtant l’un des cinq éditeurs les plus actifs en la matière, pointe l’analyste de Gartner en ajoutant toutefois que cette suppression n’est pas très surprenante compte-tenu de la radicale évolution d’Adobe vers le cloud et les abonnements en mode SaaS. Sans compter la mise en place, il y a déjà plusieurs mois, du service d’intégrité de logiciel Genuine qui permet notamment « de détecter si un produit Adobe installé est authentique ou non ».

Il reste à savoir si cette évolution vers le SaaS qui concerne tous les éditeurs va à l’avenir modifier de façon importante ou non les politiques d’audit de licences d’autres fournisseurs et, par ricochet, les stratégies de gestion des actifs logiciels des entreprises (SAM). Stephen White, de Gartner, rappelle en particulier que Microsoft avait également mis un terme à ses compétences SAM au printemps dernier.

Go to Source


bouton-devis