Affaire Khashoggi : Twitter coupe un réseau de bots pro-saoudiens

Twitter a suspendu jeudi un réseau de bots qui agissait sur la plate-forme de micro blogging. Ces comptes automatique alimentaient des discussions en faveur de l’Arabie saoudite dans l’affaire de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi la semaine dernière, selon NBC.

 

Mosaique de comptes Twitter évoquant l’affaire Jamal Khashoggi.

Le réseau de comptes automatiques tweetaient et retweetaient en même temps les mêmes tweets en provenance des autorités saoudiennes. Une liste précise de ces compte avait au préalable été dressées par Josh Russell, un américain spécialiste des campagnes d’influence étrangère sur Twitter et Reddit. Twitter retire ces comptes au nom du non respect de ses règles sur le pourriel. Twitter a pris des mesures pour sévir contre les réseaux de robots ces derniers mois, affirmant avoir purgé des millions de faux comptes.

Des centaines de comptes pro-Saoudiens sur Twitter avaient été créés à quelques minutes d’intervalle les 16 et 17 novembre 2017. Des dizaines d’autres comptes de robots avaient été créés dans la même heure à différentes dates en 2012.

Campagne d’influence

Reste que les auteurs de bots ont souvent un coup d’avance. Les robots pro-saoudiens opéraient alors que ces mesures sont actives. Preuve de l’adaptation des auteurs de ces campagnes d’influence et de désinformation sur les réseaux sociaux.

Une stratégie gagnante (lire Les bots Twitter plus efficaces que les humains pour influencer l’opinion) puisque certains des comptes de robots ont tweeté en utilisant un hashtag en arabe qui est devenu la première tendance mondiale de Twitter dimanche dernier. Le hashtag peut être traduit en « #Nous_croyons_tous_Mohammad_Mohammad_Bin_Salman », le prince héritier et chef présumé de l’Arabie saoudite. Cet homme est au centre des suspicions après la disparition de Jamal Khashoggi, un chroniqueur du Washington Post.

Les comptes des robots publiaient des messages demandant aux utilisateurs de Twitter de d’exprimer des doutes sur les reportages évoquant le fait que Jamal Khashoggi ait pu être tué au consulat saoudien de Turquie le 2 octobre sur ordre du gouvernement saoudien. Des éléments mis en avant par les autorités turques.

Ce type de campagne d’influence est aussi la preuve que l’Arabie saoudite a largement adopté les médias sociaux. Une étude de Crowd Analyzer, une société d’analyse des médias sociaux axée sur la langue l’arabe, montre qu’il y a 11 millions d’utilisateurs actifs de Twitter dans le pays.

Go to Source


bouton-devis