Amazon accentue la pression sur ses concurrents dans le cloud

Amazon accentue la pression sur ses concurrents dans le cloud Amazon accentue la pression sur ses concurrents dans le cloud © Will Merydith – Flickr – C.C.

A lire aussi

HP tire sa révérence dans le cloud public

Huawei se lance dans l’aventure risquée du cloud public

Pourquoi HP, Verizon et Rackspace sortiraient du cloud public en 2016

Pas de répits pour les concurrents d’Amazon Web Services (AWS), le bras armé d’Amazon dans le cloud computing. En guise de vœux de bonne année pour ses centaines de milliers de clients dans le monde, AWS a annoncé une nouvelle baisse de ses tarifs pour EC2, son service emblématique de traitement et calcul à la demande. La réduction est modeste, puisqu’elle se limite à 5%. Mais elle est la 9e depuis la déclaration de guerre de Google en mars 2014 et la 51e depuis le lancement commercial du service en 2006.

Hewlett Packard Entreprise conforté dans sa décision de sortir du cloud public

Cette relance de la guerre des prix dans le cloud a peu de chance d’affecter Microsoft, Google et IBM, les trois plus gros concurrents d’Amazon dans le cloud d’infrastructure (IaaS pour infrastructure as a Service) et de plateforme (PaaS pour Platform as a service). L’histoire s’annonce en revanche différente pour des concurrents de second couteau comme Rackspace, Verizon ou CenturyLink. Ces acteurs, déjà mal au point, risquent d’être davantage fragilisés au point d’être contraints de sortir du cloud public et de se repositionner sur les segments des cloud privé et hybride. D’ailleurs, la bourse a réagi en sanctionnant Rackspace par une baisse de l’action de 7,2%.

Le coup d’AWS devrait conforter Meg Whitman, PDG de Hewelett Packard Entreprise, dans sa décision de sortir le groupe du cloud public à la fin de janvier 2016 au profit d’un rôle de courtier, à l’instar du repositionnement de Dell entrepris plus tôt en 2013.

Le cloud d’Amazon plus rentable que son activité e-commerce

Le groupe de Jeff Bezos peut se permettre de tailler dans ses tarifs. Malgré la bataille des prix qui fait rage depuis mars 2014, AWS affiche une santé insolente. Non seulement la division cloud d’Amazon continue d’augmenter son chiffre d’affaires de 50 à 80% selon les trimestres, elle génère aussi une bonne rentabilité qui surprend les analystes. Elle est plus rentable que l’activité e-commerce du groupe. Sur les neuf premiers mois de 2015, elle affiche un bénéfice d’exploitation de 1,2 milliard de dollars pour un chiffre d’affaires de 5,5 milliards de dollars.

Selon Synergy Research, le marché mondial du cloud d’infrastructure et de plateforme, objet de cette bataille, a atteint 20 milliards de dollars en 2015. AWS le domine largement avec 29% du gâteau, devant Microsoft (12%), IBM (7%) et Google (6%). Ces « Big Four », comme les appelle ce cabinet, s’accaparent ensemble 54%.