Amazon Alexa présent dans 20.000 appareils, Google en embuscade

Amazon Alexa présent dans 20.000 appareils, Google en embuscade

Cela fait pratiquement quatre ans que l’assistant personnel Amazon Alexa est disponible via l’enceinte intelligente « Echo », du moins aux US. Force est de constater que l’enceinte connectée a rapidement séduit les utilisateurs et poussé le reste de l’industrie à investir dans ce domaine.

Daniel Rausch, le vice-président d’Amazon, a profité d’une conférence organisée lors du salon IFA de Berlin pour rappeler qu’Alexa est toujours le leader de ce secteur. Selon ses chiffres, plus de 3.500 marques utilisent l’assistant personnel, qui est désormais présent dans 20.000 appareils environ, contre 4000 en début d’année 2018.

Au fil du temps, Amazon a fait évoluer son assistant pour qu’il soit présent dans différents appareils et domaines : les haut parleurs évidemment, d’ailleurs plusieurs enceintes Alexa ont été présentés à l’IFA cette année (comme celle de Huawei ou celle de Netgear), mais aussi la voiture puisque des accords ont été signés avec Nissan, Lexus, BMW, Toyota ou Ford, l’électroménager, dans les frigos connectés par exemple, ou même dans l’hôtellerie avec une version spécifique. Alexa dispose également de 50.000 applications vocales « et de centaines de milliers de développeurs dans plus de 180 pays ».

Des parts de marché en chute, au profit de Google

Malgré tout, selon des données du bureau d’analyse Strategic Analytics, la part de marché (PDM) mondiale de l’assistant personnel d’Amazon s’effrite d’année en année. Elle est passée de 76% au deuxième trimestre 2017 à 44% au premier trimestre 2018 et 41% au second trimestre. Dans le même temps, Google et son assistant ont vu leur PDM passer de 16% au second trimestre 2017 à près de 30% à la même période cette année.

Un rapprochement des courbes semble probable à moyen terme. Bien que Google soit le plus grand rival d’Amazon dans le domaine, il ne faut pas non plus oublier Apple, qui a lancé son HomePod avec l’assistant Siri cette année. En somme, et en dépit des bons chiffres d’Alexa, la bataille des assistants personnels ne fait que commencer.

à lire aussi