Amazon Web Services fait de la sécurité de son cloud la priorité numéro un

Amazon Web Services fait de la sécurité de son cloud la priorité numéro un Werner Vogels, directeur technique d’Amazon © Guido van Nispen

A lire aussi

Cloud, HPC, intelligence artificielle... Lenovo fait une démonstration de force dans les serveurs

Microsoft veut libérer l'intelligence des objets connectés du joug du cloud

Amazon pèse plus dans le cloud d’infrastructure que ses cinq plus gros concurrents

« La sécurité, c’est la superpuissance du cloud, les clients y viennent d’abord pour cette raison ». Tel est le message martelé par Werner Vogels, directeur technique d’Amazon, devant quelque 2000 personnes lors d’AWS Summit, l’évènement annuel d’Amazon Web Services, la division cloud d’Amazon, qui s’est tenu à Paris, le 27 juin 2017. Cela peut paraitre paradoxal alors que bon nombre d’entreprises ont peur du cloud justement parce qu’elles le voient comme un modèle moins sûr que le modèle informatique traditionnel.

80% des entreprises du CAC 40 utilisent le cloud d’Amazon

Dans un contexte rendu anxiogène par la multiplication des cyberattaques à l’échelle mondiale, ses propos arrivent à point nommé pour rassurer les quelques milliers de clients d’Amazon Web Services en France, dont 80% des entreprises du CAC 40. Mais pas seulement. Il veut également encourager d’autres à migrer vers le cloud d’Amazon, le premier au monde sur le segment d’infrastructure (IaaS pour infrastructure as a service et PaaS pour Platform as a service), devant ceux de Microsoft, IBM, Google, Alibaba ou Oracle.

« Depuis le lancement d’Amazon Web Services en 2006, nous faisons de la sécurité la priorité numéro un, confie Werner Vogels. Nous mettons tout en œuvre pour offrir le bouclier de protection le plus efficace pour nos clients.  Aucune entreprise ne peut en faire autant dans son propre système d’information. »

Portection contre 82% des cyberattaques

Les cyberattaques sont diverses. Amazon Web Services affirme offrir un bouclier contre toutes à l’exception de celles ciblant les applications, qui représentent 18% des cyberattaques. Aux clients ensuite de prendre leurs précautions pour sécuriser leurs applications et leurs données. « Nous les encourageons à crypter les données, pas juste celles hébergées dans le cloud, mais aussi celles conservées dans leurs propres serveurs », conseille Werner Vogels.

Le deuxième avantage recherché par les entreprises qui migrent vers le cloud est la vitesse. « Avec le cloud, elles ont droit à l’erreur, elles peuvent tester, expérimenter et refaire les choses vite avant de retrouver la solution la plus adaptée aux besoins », explique le directeur technique d’Amazon.

3000 logiciels à la demande

Le troisième atout du cloud réside dans la force de l’écosystème, selon Werner Vogels. Amazon Web Services se présente comme une plateforme où le client peut retrouver une foule de services proposés par des partenaires de la division cloud d’Amazon. Au-delà des services de cloud d’infrastructure d’Amazon Web Services, il dispose d’un accès à une place de marché de près de 3000 logiciels à la demande (SaaS pour software as a service).  

Amazon Web Services dispose aujourd’hui d’un réseau de 16 régions et 43 zones de disponibilité dans le monde, chaque zone comprenant au moins un datacenter. Et trois autres nouvelles régions devraient ouvrir d’ici fin 2017 à Stockholm, en Suède, à Ningxia, en Chine, et à Paris. Le site parisien comprendra trois zones de disponibilité. Cette extension de la couverture vise à améliorer les temps de latence, se rapprocher des clients et bien sûr à rassurer sur la sécurité en offrant un stockage localisé des données. Ceci est particulièrement vrai en Europe où la protection des données reste une question très sensible.

Go to Source