Avec ses nouvelles règles, Uber souhaite rassurer les passagers, mais aussi les conducteurs

Avec ses nouvelles règles, Uber souhaite rassurer les passagers, mais aussi les conducteurs

Ces dernières années, Uber n’a pas été épargné par les attaques informatiques. En novembre 2017, le service de VTC révèle que les données de 57 millions d’utilisateurs ont été dérobées. Un piratage massif qui a fait le tour des médias et impacté l’image de l’entreprise. Pour que ce type d’attaque ne se reproduise plus, le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi a annoncé plusieurs mesures, dont l’authentification à double facture pour sécuriser les comptes.

Mais Uber se concentre également sur la sécurité des passagers et des chauffeurs. Les adresses de prise en charge et de destination vont être anonymisées, elles seront masquées dans l’historique du chauffeur, il n’aura droit qu’à une zone au lieu d’une adresse précise.

Dans l’application, les chauffeurs auront un onglet qui concentre toutes les informations nécessaires (documents, assurance, etc.), mais également un bouton d’urgence pour contacter les services d’assistance.

Uber souhaite également intégrer son service « GPS : Ride Check ». Il analyse le trajet d’une voiture et détecte les situations anormales, comme une pause trop longue. Le passager et le conducteur recevront alors un message par SMS pour s’assurer qu’il n’y a aucun problème.

Enfin, Uber est en train de tester en Australie et en Nouvelle-Zelande un système de notation pour les chauffeurs, mais aussi pour les passagers, afin d’éviter les mauvais comportements. Les personnes avec une note trop basse seront bannis de la plateforme. 

à lire aussi

 

Rejoignez la conversation