Bébés génétiquement modifiés : une deuxième femme serait enceinte, le scientifique a été licencié

Bébés génétiquement modifiés : une deuxième femme serait enceinte, le scientifique a été licencié

Mise à jour 28/01 : He Jiankiu, le scientifique chinois qui a fait naître le premier bébé génétiquement modifié a été licencié et pourrait faire l’objet de poursuites judiciaires.

Fin novembre, un scientifique chinois de l’université de Shenzhen a fait naître le premier bébé génétiquement modifié. La communauté scientifique s’est immédiatement désolidarisée de cette pratique et a dénoncé un acte irresponsable, inconscient et en total désaccord avec les normes internationales. La Commission nationale de la santé chinoise a rapidement ouvert une enquête afin d’établir les faits, mais depuis silence radio… du moins jusqu’à hier. Selon l’agence « Chine nouvelle » qui cite les autorités chinoises, une deuxième femme serait enceinte de 12 à 14 semaines. Elle va être mise sous surveillance médicale afin de limiter tout risque de complications.

« Une technologie douteuse » 

Selon les premiers résultats de l’enquête, He Jiankiu aurait mis en place une équipe scientifique, produit « de faux documents d’évaluation éthique » et utilisé des « technologies à la sécurité et à l’efficacité douteuses« . D’après les enquêteurs, il était avant tout motivé par la gloire et la reconnaissance. Il s’est d’ailleurs appuyé sur ses propres fonds pour réaliser l’expérience. Au total, huit couples se seraient portés volontaires entre mars 2017 et novembre 2018. Reste à savoir s’ils étaient pleinement conscients de l’implication. L’affaire est désormais entre les mains de la sécurité publique chinoise. En attendant la suite, He Jiankiu est assigné à résidence.

Pour rappel, le biologiste chinois a utilisé des ciseaux moléculaires « CRISPR/CAS9 », découverts en 2012 par deux chercheuses, afin de modifier et découper le génome humain. Il aurait modifié le gène CCR5 afin d’immuniser les bébés, Nana et Lulu contre le virus du sida. Il s’était brièvement justifié dans une vidéo sans toutefois s’inquiéter de la question éthique… 

à lire aussi

 

Rejoignez la conversation