BepiColombo : une mission d’exploration de l’ESA pour percer l’étrange secret de Mercure

BepiColombo : une mission d'exploration de l'ESA pour percer l'étrange secret de Mercure

L’espace regorge de mystères. La mission d’exploration BepiColombo organisée conjointement par l’ESA (Agence spatiale européenne) et la JAXA (Agence d’exploitation aérospatiale japonaise) va tenter de percer les secrets de la planète la moins massive de notre système solaire. Après un long périple de sept années, les deux sondes se positionneront en orbite autour de Mercure.

Un voyage de 9 milliards de kilomètres qui s’explique par la faible quantité de carburant embarquée dans le module de transport « MTM ; Il va utiliser la force gravitationnelle pour se rapprocher de son objectif. Le 13 avril 2020, il survolera la Terre avant se diriger vers Venus qu’il atteindra le 16 octobre de la même année, il effectuera alors un second vol avant de s’approcher de Mercure en octobre 2021 et de petit à petit se positionner en orbite autour de Mercure. Arrivée programmée en orbite le 5 décembre 2025.

Mieux comprendre l’évolution de notre système solaire  

Les sondes Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO) et Mercury Planetary Orbiter (MPO) seront alors placées sur des orbites de basse altitude afin d’observer la géologie de la planète, l’exosphère, mais surtout de mieux comprendre le fonctionnement du champ magnétique qui entoure Mercure. Il s’agit de la seule planète tellurique du système solaire – avec la Terre – à disposer d’un champ magnétique. Une caractéristique qui la rend particulièrement intéressante.

« La mission fournira des informations sur l’évolution d’un système solaire, et notamment sur la manière dont se forment et évoluent les planètes qui, dans des systèmes exoplanétaires, gravitent à proximité de leur étoile », précise un porte-parole de l’ESA.

Ajoutons que les missions vers Mercure sont rares. La NASA a envoyé deux sondes dans cette zone – au milieu des années 70 et au début des années 2000. Il s’agira donc d’une grande première pour l’ESA et la JAXA.


à lire aussi

 

Rejoignez la conversation