Bitcoin : la police s'intéresse au présumé créateur de la cryptomonnaie

Ca n’a pas traîné. Ce mercredi, nous évoquions les révélation de Wired à propos du bicoin et de son mystérieux créateur. En effet, le magazine américain tient un nouveau candidat : un chercheur australien
du nom de Craig Steven Wright.

On apprend désormais que la police australienne  a mené des perquisitions au domicile et au bureau du chercheur, le lendemain de ces révélations. Si les autorités soulignent que ces actions n’ont rien à voir avec les révélations de la presse américaine, il est bien difficile de ne pas établir de lien. Il s’agirait de procédures fiscales. Les perquisitions se sont néanmoins faites en l’absence de l’intéressé.

A son domicile, la personne sur place affirme que Craig Steven Wright est en passe de déménager au Royaume-Uni et informe la police de la présence d’un « gros système informatique » épaulé par un générateur électrique à l’arrière de la maison. La seconde perquisition a donc eu lieu au  siège des deux sociétés de Chris Steven Wright (DeMorgan et Panopticrypt).

Fisc

Rappelons que Wired prend pourtant des gants et n’écarte pas la
possibilité de s’être trompé. Le magazine américain met en avant le fait
que de nombreux indices récoltés proviennent du blog public de Craig S.
Wright et que certains éléments peuvent tout à fait avoir été falsifiés
afin de manipuler les journalistes.

Outre Newsweek,
plusieurs autres médias ont annoncé avoir retrouvé la trace du créateur
du Bitcoin, chacun avec son candidat favori à ce titre, sans qu’aucune
confirmation sérieuse des uns ou des autres ne vienne trancher
définitivement la question.

La
question de l’identité du créateur du bitcoin est également liée à
l’existence d’un fond de 1,1 million de bitcoins appartenant à un
utilisateur inconnu de la cryptomonnaie. Celui-ci est généralement
attribué au mystérieux Satoshi Nakamoto, mais les fonds provenant de
cette manne financière, visible publiquement à travers le système de
blockchain, sont pour l’instant restés immobiles. Pour Wired, ce trésor
oublié baptisé Tulip Fund aurait fait l’objet d’un accord entre David
Kleiman et Craig S.Wright, ce dernier ayant accepté de ne pas toucher à
l’argent avant 2020.

C’est justement ce fonds qui intéresserait le fisc australien.