Brexit : La Commission assouplit les règles d’accès au .eu

Le Brexit pose une myriade de problèmes divers et variés : il n’y a donc pas de raison pour qu’internet y échappe. L’une des interrogations posées par la décision britannique de quitter l’Union européenne était l’avenir des noms de domaine en .eu. Ce domaine de haut niveau dispose en effet de conditions d’accès un peu particulier : pour pouvoir demander l’utilisation d’un nom de domaine en .eu, il faut être résident de l’Union européenne. C’était l’une des conditions prévues lors de la mise en place de ce domaine de premier niveau : celui-ci a été mis en place en 2005, après plusieurs années de négociations avec l’Icann.

Depuis 2005 donc, les Britanniques pouvaient enregistrer des noms de domaine en .eu. Et ils ne s’en sont pas privés comme l’indique The Register : au total, un peu plus de 310 000 noms de domaines en .eu étaient détenus par des citoyens britanniques.

Une situation qui se révélait problématique suite au vote du brexit : à la fin du mois de mars, l’Union européenne indiquait ainsi que les noms de domaines en .eu détenus par des Britanniques seraient purement et simplement révoqués. Une annonce qui ne réjouissait pas vraiment EURid, l’association chargée de gérer le .eu : dans un communiqué, celle-ci expliquait alors n’avoir pas été consulté sur la question et avoir appris la décision de la commission par voie de communiqué.

La situation était donc légèrement tendue et les citoyens britanniques détenteurs d’un nom de domaine en .eu ne savaient pas trop à quelle sauce leurs noms de domaines allaient être mangés. Mais dans un nouveau communiqué publié à la fin du mois d’avril, la commission annonce avoir revu sa position en élargissant les conditions d’accès au .eu.

Ainsi, les noms de domaines en .eu seront dorénavant accessibles au résident de l’espace économique européen et non uniquement aux résidents de l’Union européenne. Une modification qui permettra aux citoyens britanniques de conserver leurs noms de domaines : les détenteurs n’auront pas à justifier de leur résidence sur le sol européen, mais pourront simplement faire valoir leur citoyenneté dans l’un des pays de l’espace économique européen pour prétendre à un nom de domaine en .eu.

Go to Source


bouton-devis