Cambridge Analytica : touché et coulé par les données et le scandale

 

Cambridge Analytica, un cabinet de conseil politique, ferme ses portes suite au scandale sur l’utilisation abusive des données de Facebook.

Dans un communiqué, la société déclare que ses filiales britanniques et américaines engageraient des procédures d’insolvabilité et de faillite. La fermeture, effective mercredi, a été précédemment rapportée par le Wall Street Journal.

Plus de clients et de fournisseurs

Cambridge Analytica est au centre d’un scandale et de l’attention de deux gouvernements. Facebook lui a interdit l’accès à ses données, estimant qu’il avait fait un usage abusif des données provenant de 87 millions de profils d’utilisateurs.

Cambridge Analytica nie être l’auteur d’actes répréhensibles, mais précise que la controverse pesait sur ses activités, le contraignant à fermer ses portes.

« Le siège de la couverture médiatique a chassé la quasi-totalité des clients et des fournisseurs de la société » avance l’entreprise dans son communiqué. « En conséquence, il a été déterminé qu’il n’est plus viable de continuer à exploiter l’entreprise, ce qui a laissé Cambridge Analytica sans autre alternative réaliste que la mise en administration de l’entreprise. »

Dans un communiqué, Facebook déclare poursuivre son enquête avec les « autorités compétentes. »

« Cela ne change en rien notre engagement et notre détermination à comprendre exactement ce qui s’est passé et à faire en sorte que cela ne se reproduise plus » commente un porte-parole du réseau social.

La semaine dernière, Facebook a annoncé un bond de près de 50% de ses ventes, suggérant que la plus grande crise au cours de ses 14 ans d’existence ne lui a pas porté préjudice jusqu’à présent.

La décision soudaine de fermer la société marque une rupture avec la défense obstinée adoptée par Cambridge Analytica. Lundi encore, l’entreprise publiait un lien sur Twitter censé éclairer les faits dans cette affaire. Le site cambridgefacts.com tente ainsi de réfuter une grande partie des accusations.

Go to Source


bouton-devis