Docker : La bascule d'Ubuntu vers Alpine Linux heurte des utilisateurs

Le fondateur et CTO de Docker, Solomon Hykes, ne pensait sans doute pas soulever un vent de polémique en annonçant la bascule d'Ubuntu vers Alpine en tant qu'environnement par défaut du célèbre système de conteneur. (crédit : IDGNS)

Le fondateur et CTO de Docker, Solomon Hykes, ne pensait sans doute pas soulever un vent de polémique en annonçant la bascule d’Ubuntu vers Alpine en tant qu’environnement par défaut du célèbre système de conteneur. (crédit : IDGNS)

En évoquant un éventuel basculement d’Ubuntu Linux vers Alpine Linux dans le système de conteneur Docker, son CTO et fondateur Solomon Hykes a jeté un froid parmi sa communauté d’utilisateurs. Mais, selon la porte-parole de Docker, Alpine Linux, plus léger, plus rapide et plus sûr, est proposé en option et non en choix par défaut.

Ubuntu Linux est depuis longtemps l’environnement par défaut des applications Docker. Mais, dans une intervention récente, le CTO de Docker a laissé entendre que ce ne serait peut-être plus le cas. « Nous avons embauché Natanael Copa, le génial créateur d’Alpine Linux, et nous allons transférer la bibliothèque d’image officielle de Docker d’Ubuntu vers Alpine », avait écrit, il y a 10 jours, un utilisateur identifié par le pseudo shykes sur le fil de nouvelle Hacker News. Or, hier, Docker a confirmé que l’utilisateur shykes n’était autre que Solomon Hykes, le fondateur et CTO de Docker.

Dans son communiqué, l’entreprise en a profité pour tempérer les propose de son CTO. « Sur Hacker News, les discussions sont souvent immédiates et directes, mais informelles », a déclaré par courriel la porte-parole de Docker, Suzanne Panoplos. Ajoutant : « Les propos et les termes employés sont parfois inexacts ». Pour clarifier la situation, celle-ci a précisé que « Docker allait élargir son offre, mais n’envisageait pas de remplacer Ubuntu Linux par Alpine Linux ».

La légèreté de la distribution Alpine Linux mise en avant

Désormais, Docker propose en option des images basées sur Alpine Linux en plus d’Ubuntu et de Debian. « Finalement, les utilisateurs ont plus de choix pour leur contenu image ». N’empêche, le commentaire de Solomon Hykes a suscité un débat parmi les supporteurs de Docker, certains estimant que ce choix faisait régresser la technologie de conteneurs populaire.

Alpine Linux est une distribution Linux basée sur la bibliothèque musl libc et BusyBox. Axée sécurité, elle est aussi beaucoup plus légère qu’Ubuntu : la dernière image .iso, livrée au début de l’année, pèse 82 Mo. Les conteneurs Docker n’ont pas besoin de tous les logiciels fournis avec Ubuntu, et ce changement pourrait effectivement réduire le volume des images, comme l’a fait remarquer dès lundi The VAR Guy, le premier à rapporter l’information. Comparativement, « l’image officielle d’Ubuntu en téléchargement sur le Docker Hub pèse 188 Mo. Elle a été téléchargée plus de 40 millions de fois, ce qui représente plus de 7520 To de données transférées entre le Docker Hub et les utilisateurs dans le monde entier, uniquement pour récupérer cette image », a déclaré vendredi dans un blog l’architecte cloud Brian Christner. « Si l’on multiplie ce volume par le nombre d’images officielles, la quantité de données transférées devient ahurissante ».

Ubuntu Linux apprécié pour sa gestion des paquets

Avec Alpine Linux, « un container n’a pas besoin de plus de 8 Mo, et une installation minimale occupe environ 130 Mo d’espace disque », selon ses créateurs. « Pour les utilisateurs de Docker, les avantages sont multiples, à commencer par des vitesses de téléchargement plus rapides, une meilleure sécurité du fait d’une surface d’attaque plus petite, et une migration plus rapide entre les hôtes », a ajouté Brian Christner.

Le passage à Alpine Linux ne signifie pas que Docker ne pourra plus fonctionner sur Ubuntu, mais simplement qu’Ubuntu ne sera plus l’environnement par défaut du système de conteneur. L’idée ne plait pas à tout le monde. « La gestion par paquets de la distribution est l’une des principales raisons pour laquelle les gens restent fidèles à des distributions poids lourds comme Ubuntu », a écrit un utilisateur identifié par le pseudo kylequest sur Hacker News. Il ajoute que DockerSlim permet déjà aux utilisateurs d’éliminer les éléments dont ils n’ont pas besoin et d’alléger les grosses distributions comme Ubuntu. « On peut ainsi conserver le meilleur des deux mondes sans changer ses processus et obtenir de petites images », a justifié kylequest. Solomon Hykes, quant à lui, incite les lecteurs de Hacker News de l’aider à pousser la transition vers Alpine. « Vous pouvez nous aider en faisant entendre votre voix sur le référentiel », a-t-il écrit. « Chaque requête peut contribuer à orienter les utilisateurs vers des conteneurs plus petits. Il faut savoir que ces images ont été téléchargées plus d’un demi-milliard de fois ».

Le choix d’Alpine Linux conforté

On ne comprend pas très bien pourquoi le CTO de Docker a parlé de basculement d’Ubuntu vers Alpine, si ce n’est pas le cas. Dans les jours et semaines à venir, Docker livrera peut-être une explication claire à ce propos. Reste que, « pour leurs conteneurs, les entreprises choisissent en majorité des systèmes d’exploitation spécifiques, légers et hybrides, comme Apcera, Alpine Linux, CoreOS, Mesosophere et RancherOS », a déclaré Jay Lyman, directeur de recherche chez 451 Research.

De plus, selon lui, le gain en sécurité apporté par Alpine Linux pourrait être considéré comme un avantage. « Et même si le basculement a lieu, cela ne provoquera aucune perturbation et pour la plupart des utilisateurs, il n’y aura pas de différence notable par rapport à Ubuntu », a-t-il affirmé. « En plus de son poids plume, Alpine Linux peut éventuellement améliorer la vitesse, la performance et la sécurité ». Mais, en tout état de cause, « Docker va continuer à fonctionner avec d’autres distributions Linux comme c’est le cas aujourd’hui ».

Go to Source