Élections de mi-mandat : Twitter serre la vis

La perspective des élections de mi-mandat continue d’effrayer les entreprises de la Silicon Valley, qui annoncent toutes avoir pris des mesures afin de s’éviter un scénario similaire à celui de l’élection présidentielle de 2016. Twitter n’échappe pas à cette mode et a donc annoncé avoir revu ses règles de modération pour être en mesure de mieux encadrer les débats sur son réseau social. Dans un billet de blog, Twitter détaille les nouvelles mesures qui sont mises en place par le réseau social. On y retrouve notamment des améliorations d’outils pour les équipes de modérations, mais aussi une détection améliorée des bots et autres comptes factices.

 

Twitter en profite d’ailleurs pour annoncer que ses équipes de modération s’accorderont le droit de bannir des comptes « en masse » et non plus au cas par cas comme c’était le cas jusqu’à présent. « En accord avec les règles de Twitter, si nous sommes en mesure d’établir avec certitude un lien entre plusieurs comptes et une entité ne respectant pas les règles de Twitter, nous agirons sur l’ensemble des comptes en lien avec cette entité. » Une approche qui ne cherche donc pas spécifiquement à faire dans la finesse, mais qui permet de mieux lutter contre les méthodes qui visent à créer de nombreux comptes dans le but de les utiliser pour attirer l’attention sur une tendance ou un phénomène en particulier.

Sus aux bots

Outre ce nouvel outil, Twitter annonce également que les contenus issus de piratages seront interdits sur son réseau social. « Notre règlement interdit maintenant la diffusion de contenus piratés qui contiennent des informations personnelles, des secrets industriels ou qui pourraient être utilisés pour faire du mal à quelqu’un. » Cette nouvelle règle vient répondre aux campagnes de désinformation qui avaient cherché à propager des informations compromettantes issues par exemple du piratage de la convention démocrate, ou encore à diffuser de fausses informations visant à perturber l’élection présidentielle comme cela avait été le cas en France à la veille du second tour.

Twitter garantit néanmoins que cette nouvelle règle ne viendra pas empêcher « le commentaire de ces piratages ou de ce qu’ils révèlent. » En d’autres termes, vous devriez être libre de discuter des dernières brèches de données et de la façon dont elles ont eu lieu, mais mieux vaut éviter de publier des liens vers les données volées.

An update on our elections integrity work https://t.co/VOCgXgYyVJ

— Twitter Public Policy (@Policy) October 1, 2018

Outre ces deux changements, Twitter explique avoir renforcé ses outils de détection automatisée des comptes et contenus contrevenant à ses règles. Le réseau social proposera également de nouvelles fonctionnalités spécialement conçues pour mieux accompagner les élections, avec notamment l’apparition d’un badge certifiant les candidats aux élections de mi manda, une fonctionnalité pour l’instant en beta. Twitter proposera en outre un portail dédié aux organisations chargées de l’élection, qui leur permettra de transmettre en priorité les suggestions de changements ou améliorations.

Avec ces différentes annonces, Twitter s’aligne sur la concurrence. Les grands opérateurs américains de plateforme de réseaux sociaux ont en effet multiplié les annonces de ce genre au cours des derniers mois. Cette stratégie veut répondre aux nombreuses critiques ayant visé ces services suite à l’élection américaine de 2016. L’élection de mi-mandat de novembre, qui servira à renouveler les élus du Parlement américain, est donc un sujet sensible et les opérateurs de services web cherchent par conséquent à prouver qu’ils ont retenu les leçons de 2016.

Go to Source


bouton-devis