En 2018, Zuckerberg veut réparer Facebook

Chaque année, Zuckerberg se fixe un défi afin de continuer à apprendre et découvrir le monde. Il s’agit parfois d’apprendre le mandarin, ou bien de visiter l’ensemble des états unis ou développer une intelligence artificielle chargée de sa domotique. De bonnes résolutions comme beaucoup d’autres en prennent finalement, mais cette fois-ci la tache que se fixe Zuckerberg n’est pas une mince affaire : l’entrepreneur entend en effet « réparer » Facebook et apporter une réponse aux nombreuses questions qui se posent sur le fonctionnement et la place prise par le réseau social au cours des dernières années.

 

Au vu des critiques ayant visé le réseau social durant la présidentielle, on comprendra aisément qu’il ne s’agit pas d’une mince affaire pour Facebook. Zuckerberg indique ainsi vouloir s’attaquer et résoudre le problème des fake news, que la plateforme a été trop souvent accusée de favoriser pendant l’élection présidentielle. Cela risque d’être en tout cas un peu plus complexe que de visiter tous les états américains. « C’est un peu différent d’un challenge personnel, mais je pense que j’en apprendrai plus en me concentrant sur ces problèmes qu’en me concentrant sur une activité complètement différente » concède d’ailleurs le fondateur de Facebook. Il explique qu’il envisage de réunir des groupes d’experts sur différents sujets afin de discuter et de trouver des solutions pour combattre les problèmes rencontrés par sa plateforme.

D’une manière qui pourra sembler assez ironique à certains, Mark Zuckerberg explique que le problème est proche des problématiques de centralisation/décentralisation qui parcourent le monde de la technologie depuis des années. « Aujourd’hui, avec le développement d’un petit nombre de grosses entreprises technologiques, les gens ont l’impression que la technologie a plutôt tendance à centraliser et non décentraliser » explique Mark Zuckerberg, citant au passage les exemples d’opposition à cette tendance (le chiffrement et les cryptomonnaies notamment.) Selon lui, cette problématique est de nouveau centrale aujourd’hui dans la technologie et il entend se pencher sur ces sujets afin d’en étudier « les effets positifs et négatifs. »

À quoi s’attendre pour l’année 2018 sur Facebook alors ? Très concrètement, difficile à dire, mais on peut s’attendre à voir des nouveautés s’appuyant sur les technologies décentralisées sortir des labos du réseau social. Pas sur que cela suffise à enrayer le phénomène des fake news mais personne ne le l’empêchera d’essayer. En France, le gouvernement a fait part de son intention de travailler sur une loi pour résoudre ce problème.

Go to Source


bouton-devis