Facebook : les 6 questions auxquelles doit répondre Mark Zuckerberg

Facebook : les 6 questions auxquelles doit répondre Mark Zuckerberg

Mark Zuckerberg s’est récemment plié à un exercice inhabituel pour lui : il a répondu aux questions des journalistes lors d’une conférence téléphonique. Une initiative qui intervenait deux semaines après l’éclatement du scandale Cambridge Analytica , une société de conseil en communication politique qui a mis la main sur les données de 87 millions de membres Facebook sans leur consentement. Depuis, le réseau social est sur la sellette pour sa gestion des données de ses 2 milliards d’inscrits. Sous pression, le jeune P-dg a finalement décidé de jouer l’ouverture en répondant directement aux interrogations.

Il s’est excusé pour ce scandale et en a endossé l’entière responsabilité, soulignant qu’il n’avait renvoyé personne en représailles. Il s’est exprimé à propos du futur Règlement Général de Protection des Données (RGPD) qui va entrer en vigueur en Europe. Il a reconnu qu’il avait été « trop désinvolte » lorsqu’il a contesté le fait que des groupes russes, entre autres, se soient servi de Facebook pour influer sur l’élection présidentielle de 2016. Pour autant, Mark Zuckerberg estime toujours être la bonne personne pour diriger le réseau social. « La vie consiste à apprendre de ses erreurs et savoir ce qu’il faut faire pour aller de l’avant », a déclaré le dirigeant de 33 ans. « La réalité de tout ceci est que lorsque vous bâtissez quelque chose comme Facebook qui est sans précédent dans le monde, vous allez forcément rater des choses ».

Mark Zuckerberg doit témoigner devant le Congrès demain, 10 avril, et mercredi. Il devra répondre notamment au sujet des pratiques de Facebook en matière de gestion des données et d’un possible encadrement de l’activité publicitaire qui représente l’essentiel des revenus. Bien qu’il ait couvert pas mal de sujets la semaine dernière, il reste encore des questions auxquelles il n’a pas répondu. Nous en avons listé six avec nos commentaires en guise de réponse.

1-Pourquoi les usagers de Facebook devraient-ils continuer à avoir confiance en vous en ce qui concerne la confidentialité ?

Facebook a attendu plusieurs années avant de révéler ce qui s’était passé avec Cambridge Analytica. Il a fallu les articles du New-York Times et du Guardian pour que le réseau social tire enfin les choses au clair. Pourquoi les utilisateurs devraient-ils croire à la franchise de l’entreprise ? Or, la confiance est déterminante car c’est sur elle, et la capacité des gens à partager leurs informations, que repose tout le business de Facebook. Si cette confiance disparait, avec elle s’envolent l’afflux de données et les juteuses recettes publicitaires.

2-Facebook n’est-il pas devenu trop grand et compliqué à gérer pour vous et votre équipe ?

Facebook attire plus de 2 milliards de personnes chaque mois. C’est presque deux fois plus que les pays les plus peuplés du globe. Zuckerberg a déclaré que l’entreprise allait embaucher 20.000 personnes pour travailler sur la sécurité et la modération des contenus. Cela sera-t-il suffisant ? Le jeune boss a aussi indiqué que Facebook aura recours dans le futur à l’intelligence artificielle pour contrôler le fonctionnement, mais qu’il faudrait des années avant que cette technologie ne soit fiable à grande échelle.

3-Vous avez déclaré qu’il faudrait « des années » pour réparer Facebook. Peut-on attendre si longtemps ?

Les élections se suivent et les acteurs malintentionnés continuent à chercher à manipuler les électeurs en servant de Facebook et d’autres plateformes sociales. Zuckerberg a dit que son entreprise ne pourra « jamais résoudre totalement le problème de la sécurité. C’est une course à l’armement ». Mais on a l’impression d’en être réduits à attendre le prochain désastre.

4-Vous avez évoqué l’idée d’une « cour suprême » indépendante afin de régler les conflits liés aux discours et contenus acceptables sur Facebook. À quoi pourrait-elle ressembler ?

Qui pourrait composer une telle instance ? Comment les usagers pourraient-ils faire valoir leurs arguments ? Comment les « juges » seraient-ils nommés ?

5-Quels sont les progrès en matière de vérifications des informations ?

Facebook a récemment annoncé qu’il vérifierait la véracité des photos et des vidéos et plus seulement des liens vers des articles écrits. C’est une très bonne chose. Mais qu’en est-il des efforts qui ont déjà été faits ? Selon un rapport du Tow Center for Digital Journalism à l’école de journalisme de Columbia, les partenaires de Facebook chargés de mener ce travail de vérification demandent plus de transparence afin de mesurer l’efficacité de leurs efforts.

6-Les grands noms de la tech, Facebook, Google et Twitter, ont indiqué qu’ils collaboraient en matière de sécurité et de protection des données. Comment Facebook a-t-il travaillé avec les autres entreprises ?

Mark Zuckerberg a déclaré qu’il espérait que les autres plateformes puissent apprendre du « livret figuratif » que Facebook avait mis en place pour faire face aux abus. Mais qu’en ont-ils appris ? Et qu’est-ce que Facebook a-t-il appris des autres entreprises ?

à lire aussi