Facebook lourdement condamné en Belgique pour son hors-piste dans les données

Mauvais karma pour Facebook en Europe. Après une condamnation en Allemagne pour ses conditions d’utilisation et d’autres nombreux griefs, le roi des réseaux sociaux est lourdement sanctionné par la justice belge pour sa collecte des données personnelles.

 

C’est la Cnil locale (Commission belge de la Vie privée) qui est à la manoeuvre accusant Facebook de prendre des libertés avec le consentement et donc ne pas se conformer avec la législation sur la protection des données. Concrètement, le géant collecte sans « consentement informé » des données de ses membres mais aussi de ses non-membres (à travers les sites qui affichent ses boutons comme le fameux ‘J’aime’), le tout à des fins publicitaires. 

L’argumentation a été suivie par le tribunal qui en première instance condamne donc Facebook à publier l’arrêt de la cour sur son site, à détruire les données personnelles obtenues de manière illégale et à modifier son back office sous 3 mois afin de le mettre en conformité avec la législation, sous astreinte de 250.000 euros par jour de retard, avec un maximum de 100 millions d’euros. Ca ne rigole pas.

En toute logique, Facebook devrait interjeter appel. 

Rappelons qu’en Allemagne, Facebook n’en a pas terminé avec les prétoires : l’office anti-cartel doit statuer sur un éventuel abus de position dominante. Facebook se voit reprocher d’utiliser les informations collectées sur d’autres services lui appartenant, comme Whatsapp et Instagram.

Go to Source


bouton-devis