Facebook : promis juré, « vous n’êtes pas un produit »

Excuses en personne de Mark Zuckerberg, pleine page de pub dans la presse américaine pour faire acte de contrition, Facebook multiplie les signes, les symboles, les messages pour retrouver un peu de confiance auprès de ses utilisateurs après le scandale Cambridge Analytica. En attendant le prochain.

 

Ce scandale a eu moins le mérite d’ouvrir quelque peu les yeux des membres du réseau social qui se sont finalement aperçus que l’adage « si c’est gratuit, c’est vous le produit » s’appliquait si bien à Facebook. C’est même le coeur du modèle économique du géant.

Mais pour Facebook, c’est une exagération. Dans un billet intitulé « Questions difficiles, qu’est-ce que les annonceurs de Facebook connaissent de moi ? », Rob Goldman, vice-président en charge de la publicité estime d’abord qu’il n’est pas le seul à monétiser la data des utilisateurs. Soit. Mais il va plus loin : 

« Si je ne paye pas pour Facebook, suis-je le produit ? Non. Notre produit est un réseau social. Vous donner la possibilité de communiquer avec des gens qui comptent pour vous, où qu’ils soient dans le monde. La même question se pose avec un moteur de recherche gratuit, un site Internet gratuit ou un magazine gratuit. La base du produit est la lecture ou la recherche d’informations et les publicités sont là pour financer cette expérience ». Voilà, c’était pourtant pas compliqué à comprendre !

Pas sûr que l’argument porte. Comme Google qui promet vouloir seulement organiser l’information dans le monde, Facebook se positionne comme un support d’information financé par la publicité. La corde est un peu épaisse non ?

Il en faudra sûrement plus pour retrouver la confiance. Cela passera peut-être par une version payante… En tout cas, jusqu’à présent, les initiatives de Facebook manquent cruellement d’efficacité. Selon un sondage mené par l’institut Ponemon, le scandale de Cambridge Analytica a provoqué une chute drastique de la confiance des utilisateurs à l’égard de Facebook.

Seuls 29% des 3000 utilisateurs de Facebook interrogés estiment ainsi que Facebook s’engage réellement pour la protection des données personnelles. Le chiffre accuse une chute particulièrement impressionnante : dans la précédente édition du sondage menée l’année passée, 79% des utilisateurs se disaient prêt à affirmer que Facebook s’engageait en matière de protection des données.

Le chiffre était relativement stable depuis plusieurs années et faisait même preuve d’une légère croissance au cours des quatre dernières années. Mais le récent scandale semble avoir eu un impact particulièrement important sur les utilisateurs américains du réseau social : 9% des sondés déclarent ainsi avoir cessé d’utiliser Facebook et 31% d’entre eux envisagent de le faire. Surtout, le mea-culpa de Zuck n’a pas eu les effets escomptés puisque la confiance des utilisateurs a encore baissé suite à ses déclarations.

Go to Source


bouton-devis