Facebook recueillerait des données personnelles sur Tinder, Pregnancy+…

 

Facebook recueille peut-être certains de vos renseignements les plus personnels.

Des applications Android comme Tinder, Grindr et Pregnancy+ partagent des informations sensibles avec Facebook, selon un rapport publié mercredi par la société allemande de sécurité mobile Mobilsicher.

SDK et API pour aspirer les données d’apps tierces

Parmi les données recueillies, les profils de sites de rencontre, des données sur la santé, l’appartenance religieuse et d’autres détails. L’identifiant publicitaire de l’utilisateur, qui permet à Facebook de lier les informations des applications tierces aux personnes utilisant les applications, est également transmis, selon BuzzFeed.

Ces informations seraient recueillies par le biais du kit de développement logiciel (SDK) que Facebook fournit aux développeurs d’applications tierces, qui permet aux utilisateurs de se connecter depuis leur compte Facebook.

D’autres applications Android testées par Mobilsicher incluent OKCupid, Migraine Buddy, Bible+ et Muslim Pro.

Facebook ne fait pas nécessairement mystère de cette collecte de données, note BuzzFeed. Selon les politiques de la plateforme, l’entreprise peut recueillir de l’information à partir d’applications tierces qui utilisent ses SDK et ses API.

Un représentant du réseau social déclare à CNET qu’il ne pouvait pas identifier les applications particulières à partir desquelles l’entreprise recueille les données. Le porte-parole ajoute que Facebook utilise un identifiant publicitaire, unique à chaque utilisateur, mais aussi que les utilisateurs peuvent choisir de ne pas recevoir de publicités personnalisées.

La plupart des développeurs interrogés par Mobilsicher déclarent avoir ignoré que les informations reçues par Facebook n’étaient pas anonymes. Mais si les noms des utilisateurs ne sont pas inclus dans les données, l’information est cependant loin d’être anonyme.

Profils pour la publicité ciblée

Facebook fournirait aux développeurs des informations telles que la durée passée par l’utilisateur sur une application et la nature de leurs clics. En échange, le réseau social aurait accès aux données recueillies par les applications et les utiliserait ensuite pour créer une publicité ciblée. Par exemple, un utilisateur régulier de Pregnancy+ peut voir s’afficher plus de publicités pour les vêtements de bébé.

Les données sont envoyées à Facebook, que les utilisateurs soient connectés ou non à la plate-forme sociale, souligne Mobilsicher. Si vous êtes déjà connecté à Facebook à partir de votre téléphone, l’entreprise peut relier les informations de l’application tierce à votre profil.

Et même si une personne ne dispose pas d’un profil Facebook, précise BuzzFeed, l’information peut toujours être partagée et recueillie avec d’autres données d’applications tierces liées à son identifiant publicitaire.

Mais le porte-parole de Facebook assure que l’entreprise n’utilise pas de données de tiers pour créer des profils sur des individus ne disposant pas d’un compte sur le réseau social. En revanche, même si l’utilisateur refuse la publicité ciblée, Facebook procédera toujours au traitement des données. Officiellement pour contrôler si l’utilisateur est membre du service ou s’il a donné son consentement à la publicité ciblée.

Cette nouvelle information intervient quelques jours seulement après qu’il ait été révélé que Facebook avait permis à des entreprises comme Netflix et Spotify d’accéder plus facilement aux données personnelles des utilisateurs qu’il ne l’avait reconnu jusqu’à présent.

L’utilisation des informations personnelles par le réseau social fait l’objet d’un examen minutieux depuis qu’a éclaté l’affaire Cambridge Analytica. Société de conseil numérique liée à la campagne présidentielle de Trump, elle a accédé indûment aux données de 87 millions d’utilisateurs Facebook.

Go to Source


bouton-devis