Global Internet Forum : l’alliance antiterroriste de la Silicon Valley prend forme

Dans la lutte antiterroriste, la Silicon Valley semble penser que l’union fait la force. Depuis deux semaines, les géants de l’internet multiplient les annonces visant à détailler leur processus mis en place afin de mieux lutter contre les contenus terroristes.

Une communication abondante qui intervient alors que les gouvernements remettent sur la table la question du retrait des contenus : dans une allocution commune entre Theresa May et Emmanuel Macron, ceux-ci ont ainsi fait part de leur souhait de relancer les négociations avec les intermédiaires du net afin d’obtenir un retrait plus rapide et plus efficace des contenus incitant au terrorisme ou glorifiant des organisations terroristes.

 

Dans la droite lignée de ces annonces, Facebook, Twitter, Google et Microsoft annoncent donc la création du Global Internet Forum, un rassemblement d’acteurs visant à échanger les bonnes pratiques entre les acteurs concernés. Ces échanges existaient déjà de façon informelle comme le rappelle le communiqué commun diffusé par Microsoft, mais cette coopération prend maintenant une forme plus structurée au sein de ce nouveau forum.

Les missions de cette organisation se résument en trois axes principaux : d’une part l’amélioration des processus existants, tels que le programme de partage des hashs de fichier identifiés comme problématiques par les entreprises participantes.

D’autre part, le forum s’engage à financer des projets de recherche visant à améliorer la gestion et la lutte contre ce type de contenu. Enfin le groupe travaillera également à développer les outils de partage de connaissance entre les participants et d’autres acteurs impliqués dans la lutte antiterroriste. Le communiqué mentionne ainsi le partenariat entre le forum, l’initiative ICT4Peace et la direction du conseil de sécurité antiterroriste de l’ONU.

L’organisation sera un interlocuteur privilégié pour les négociations ayant trait au retrait de contenus terroristes en ligne : celle-ci représente en effet les principaux acteurs de diffusion de contenus aujourd’hui, et pourrait être amenée à grandir au fil des années pour inclure d’autres entreprises qui souhaiteraient s’associer au programme.

Go to Source