Google chiffre 75% du trafic vers ses serveurs

Chiffrer ou ne pas chiffrer ? C’est la question du moment. Les acteurs technologiques assurent que c’est un moyen de protéger la confidentialité des données des utilisateurs. Les Etats craignent eux d’être plongés dans le noir et invoquent la sécurité nationale.

Google est bien décidé à communiquer sur sa pratique du chiffrement. La firme a ajouté une nouvelle section dans son rapport de transparence consacrée au chiffrement. « Notre objectif avec ce projet est de nous responsabiliser et d’encourager les autres à chiffrer afin que nous puissions rendre le Web encore plus sûr pour tout le monde » justifie Google.

Nous « avons encore du chemin à parcourir »

Et ainsi, d’après les données communiquées par le géant, 75% des requêtes sur ses serveurs se font par le biais de connexions chiffrées. Est exclu de ces connexions le trafic vers YouTube, mais compris en revanche les requêtes HTTPS de Gmail, Drive, le moteur de recherche, Blogger et le trafic lié à la publicité.

La marge de développement du chiffrement reste conséquente. « Nous faisons des progrès positifs, mais nous avons encore du chemin à parcourir » reconnaît Google sur son blog sécurité. Et d’autres acteurs du Web aussi d’ailleurs.

Dans son rapport, Google compte bien aussi suivre les progressions enregistrées en matière d’implémentation du HTTPS. Le rapport liste des sites qui réunis représentent 25% du trafic Web. Et ce trafic reste encore peu protégé.

Go to Source