Google prend ses distances avec Huawei

Google prend ses distances avec Huawei

Mise à jour 20/05 à 14.30

Huawei a fait connaître sa position officielle suite à la décision de Google de lui retirer sa licence Android et l’accès à ses services. Voici la déclaration transmise par le constructeur :
«Huawei a contribué de façon importante au développement et à la croissance d’Android à travers le monde. En tant que l’un des partenaires clés d’Android à l’échelle mondiale, nous avons travaillé étroitement avec leur plateforme open source pour développer un écosystème qui profite à la fois aux utilisateurs et à l’industrie. Huawei continuera d’apporter les mises à jour de sécurité et d’assurer les services d’après-vente à tous les smartphones et tablettes déjà vendus et tous ceux disponibles sur le marché à travers le monde. Nous continuerons de construire un écosystème logiciel sécurisé et durable afin d’apporter la meilleure expérience à tous les utilisateurs dans le monde. »

Article initial

Google a suspendu ses activités avec Huawei qui ne sont pas couvertes par les licences open source suite à la décision de l’administration Trump d’interdire la société chinoise aux Etats-Unis. Une information rapportée par Reuters selon lequel les futurs terminaux Huawei vendus hors de Chine n’auront plus accès aux applications et services comme Gmail et Google Play ainsi qu’à la version Google d’Android. La firme californienne ne fournira plus non plus de support technique à Huawei.

« Nous respectons le décret et examinons les implications. Pour les utilisateurs de nos services, Google Play et les protections de sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants », a déclaré Google dans un communiqué transmis à Cnet France. Autrement dit, les possesseurs de smartphones et tablettes Android Huawei ne seront pas affectés par cette mesure de boycott. Pour ses futurs produits, le constructeur chinois pourra recourir à la version open source d’Android (Android Open Source Project, AOSP), mais ne pourra plus préinstaller Gmail, YouTube, Chrome, Google Search et Google Play.

La semaine dernière, le président Donald Trump a signé un décret stipulant que les menaces d’un « adversaire étranger » contre les réseaux, la technologie et les services de communications constituent une urgence nationale. L’ordonnance impose des limites à la participation étrangère dans les réseaux télécoms du pays. Parallèlement, le ministère du Commerce a ajouté Huawei à sa liste noire.

Huawei a réagi au décret exécutif en affirmant qu’il nuirait au déploiement de la 5G aux États-Unis. Toutefois le Pdg de Huawei, Ren Zhengfei, a reconnu que la croissance de son entreprise « pourrait ralentir, mais seulement légèrement » suite à cette action du gouvernement américain.

Source : Cnet.com

Image : Andrew Hoyle/CNET