Google promet de la pub plus indolore. Le remède aux bloqueurs publicitaires ?

 

Les internautes utilisateurs de bloqueurs publicitaires justifient souvent cet usage par les ralentissements dans l’affichage des pages Web provoqués par la pub. Sur smartphone, ce désagrément ne disparaît pas.

Il se révèle même plus problématique puisque la publicité consomme l’enveloppe données limitée dont dispose le mobinaute avec son forfait. Et comme trop d’impôt tue l’impôt, trop de publicité tue la pub, pourrait-on juger.

Un gain de 15 à 40%. Mais pas sur toutes les pubs

Or, la publicité, c’est la quasi-totalité des revenus de Google. La firme tente donc d’encourager les acteurs du marché à l’autorégulation. Elle travaille aussi au poids de ses propres publicités. Pour cela, Google a mis au point un algorithme de compression : Brotli.

Et le géant a commencé à l’appliquer à ses pubs « display ». Il estime que le gain en termes d’économie de données est de 15% par rapport à la compression gzip, et jusqu’à 40% dans certains cas de figure. De quoi rendre la publicité presque indolore ?

Non, car toutes les annonces publicitaires ne sont pas compressées avec cet algorithme, mais Google assure utiliser Brotli « chaque fois que possible » afin d’accélérer les temps de chargement de pages et réduire la consommation de la batterie.

« Cela réduit la quantité de données envoyées aux utilisateurs finaux de dizaines de milliers de gigaoctets tous les jours » a déclaré Michael Burns, ingénieur logiciel chez Google. Pour un gain réellement tangible pour l’internaute ?

Deux ans plus tôt, le géant de la recherche et de la pub annonçait Brotli en tant que successeur de l’algorithme de Zopfli, avec un gain de compression de 20 à 26%. Brotli a depuis été adopté dans Chrome, Edge et Firefox.

L’utilisation élargie de Brotli pour ses propres publicités intervient alors que Google cherche à faire le ménage dans la publicité en ligne au travers d’un bloqueur publicitaire intégré à Chrome. L’outil est attendu pour début 2018.

Les standards de la pub imposés par Google ?

Le « filtre publicitaire » de Chrome bloquera l’affichage des publicités, y compris celles de Google, qui ne sont pas conformes aux normes Better Ads pour les pubs acceptables.

Google utilise également Brotli pour améliorer les pages AMP (Accelerated Mobile Pages) qui se chargent à partir des résultats de recherche. Comme l’a noté VentureBeat, Brotli a récemment apporté une contribution clé à la rapidité des pages AMP en réduisant la taille des documents dans les navigateurs supportant la compression Brotli.

Le dernier frein majeur à Brotli sur le front du navigateur, c’est Safari d’Apple pour MacOS et iOS.

Google déclare espérer que ces publicités plus légères qui permettent aux utilisateurs d’économiser données et batterie « encourageront une adoption plus large et feront avancer les standards Web tels que la compression Brotli ».

L’accent mis sur le chargement plus rapide des pages et les publicités, à la fois sur le plan du comportement et du poids, aidera à protéger le modèle commercial de Google à plus long terme.

Article traduit et adapté par Christophe Auffray, ZDNet.fr

Voir aussi notre page
Chiffres clés : la publicité sur mobile dans le monde

Go to Source