Google sait où vous êtes, même si vous désactivez l’historique des positions

Google sait où vous êtes, même si vous désactivez l’historique des positions

Sortir des radars Google n’est pas aussi facile qu’on pourrait le croire. Selon une enquête menée par Associated Press, les services Google sur les terminaux Android et iOS suivent et conservent les données géolocalisées même lorsque l’on a désactivé l’historique des positions dans les réglages de confidentialité.

Il est possible d’interrompre l’historique des positions à tout moment, mais certaines applications Google continuent à stocker ces informations. Selon l’article, Google se servirait de ces données pour personnaliser les publicités en fonction du lieu où se trouve la personne.

Désactiver l’historique des positions ne s’applique apparemment qu’à la chronologie Google Maps qui élabore une carte des lieux fréquentés.

Il est possible de couper la localisation pour l’activité web et les applications, qui est activée par défaut, et de supprimer les données stockées via son compte Google dans la rubrique Mon activité (myactivity.google.com). Cependant, comme le souligne Associated Press, cela peut affecter le fonctionnement de certaines applications, notamment les services de transport géolocalisés.

Pour savoir si vous êtes ou non pisté par Google, rendez-vous dans la chronologie de Google Maps à partir de laquelle vous aurez accès aux réglages sur l’historique des positions.

« L’historique des positions est un produit Google qui est entièrement volontaire et les utilisateurs ont le contrôle pour le modifier, supprimer ou désactiver à tout moment », a déclaré un porte-parole de Google. « Comme il est écrit dans l’article, nous nous assurons que les usagers de l’historique des positions sachent que lorsqu’ils désactivent le produit nous continuons à utiliser la localisation pour améliorer l’expérience Google lorsqu’ils font par exemple une recherche Google ou se servent de Google pour des itinéraires routiers. »

Voici une partie de l’avertissement que l’on peut lire lorsque l’on souhaite couper l’historique des positions : « Ce paramètre n’a pas d’incidence sur les autres services de localisation de votre appareil, tels que les services de localisation Google ou l’application Localiser mon appareil. D’autres services Google, comme la recherche et Maps, peuvent enregistrer certaines données de localisation dans le cadre de votre activité. »

Dans une déclaration transmise à Associated Press, le géant du web ajoute : «Google utilise la localisation de différentes façons pour améliorer l’expérience utilisateur, notamment l’historique des positions, l’activité web et applications, les services de localisation. Nous fournissons une description claire de ces outils ainsi que des moyens de contrôle pour que les gens puissent les activer, les désactiver ou supprimer leur historique à tout moment. »

Le mois dernier, Google avait déjà été épinglé après que l’on ait appris que les employés de développeurs d’applications tierces avaient accès aux boites de réception Gmail. À l’époque, l’entreprise avait rétorqué que ces pratiques étaient couvertes par ses conditions d’utilisation.

Mais les choses deviennent encore plus piégeuses lorsque Google présente ses règles de localisation de façon confuse comme il le fait avec l’historique des positions.

« Google dit sans détours qu’il est parfaitement clair que la désactivation de la fonction « Historique des positions » n’empêche pas Google de suivre l’historique de votre position », écrit John Gruber, grand spécialiste d’Apple. « Il n’y a rien de surprenant à cela, mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas honteux. »

à lire aussi