Huawei présente son OS mobile et sa future surcouche EMUI 10

Huawei présente son OS mobile et sa future surcouche EMUI 10

Huawei pourrait enfin tenir sa réponse aux menaces de Google. Alors que les restrictions commerciales américaines imposées en mai menacent de réduire l’accès du constructeur chinois à certaines technologies américaines de taille, comme le système d’exploitation mobile Android développé par la firme de Mountain View, Huawei a livré ce jeudi plus de détails sur son futur OS mobile maison, Harmony OS (aussi baptisé Hongmeng OS).

En marge d’une conférence de développeurs tenue à Dongguan, dans le sud de la Chine, où Huawei a construit un nouveau campus luxueux sur le modèle des villes européennes, l’état-major du fabricant chinois en a ainsi dit plus sur le futur système d’exploitation mobile en développement depuis deux ans.

Huawei Developer Conference 2019 https://t.co/E3CHreLkNX

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) August 9, 2019

Si le constructeur n’était pas encore prêt à présenter les contours de son OS sur l’un de ses smartphones, qui resteront toujours équipés d’Android jusqu’à nouvel ordre, il a toutefois expliqué que ce dernier sera, à la manière de l’OS Fuchsia, actuellement développé par Google, basé sur un micro-noyau permettant de fait un déploiement flexible sur différents périphériques et facilitant le développement d’applications.

 « Vous pouvez développer vos applications une seule fois, puis les déployer de manière flexible sur toute une gamme d’appareils différents », a ainsi fait savoir le président-directeur général de Huawei, Richard Yu, lors de cette conférence. Ce dernier a précisé que l’OS mobile sera fourni avec un environnement de développement intégré conçu pour prendre en charge le développement d’applications (via des langages de programmation comme C/C++, Java, et Kotlin à travers son compiler désormais open-source ARK) sur plusieurs types de périphériques, à commencer par les smartphones mais également les téléviseurs, les kits de voitures, les enceintes connectées ou les montres connectées.

Huawei présente également sa future surcouche, EMUI 10

A noter que l’OS mobile maison de Huawei, qui sera bien Open Source, ne devrait pas comprendre d’accès root, au contraire de ce qui se fait sous Android. Une décision justifiée par Huawei par des impératifs de renforcement de la sécurité. Outre une sécurité renforcée, la présence d’un micro-noyau devrait permettre, selon le constructeur chinois, de s’assurer de performances théoriques supérieures à celles fournies par Android et d’autres systèmes d’exploitation basés sur Linux. Avec sa pile de protocole simplifiée à l’extrême pour diminuer ses délais de latences et bardé d’un « moteur de latence déterministe » différent du système Android, basé pour sa part sur les mécanisme de planification des noyaux Linux, Harmony OS revendique une amélioration de son délai de latence de 25,7 %, selon des chiffres livrés par le site spécialisé XDA Developers.

For the first time, #HarmonyOS will have a verified TEE (Trusted Execution Environment). Improving connected security across multiple smart devices in a connected all-scenario world #HDC2019 pic.twitter.com/o1TF54Hjkc

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) August 9, 2019

Sans en dévoiler davantage, Huawei a fait savoir que la version 2.0 de son micro-noyau sera disponible l’année prochaine. Le constructeur chinois, qui pourrait commencer à expérimenter son nouvel OS maison sur certains appareils à compter du mois de septembre prochain, devrait toutefois continuer à faire fonctionner ses appareils sous Android… Au moins pour le moment.

Au-delà de son OS mobile, Huawei a également profité de cette conférence pour présentersa nouvelle surcouche, EMUI 10, basée sur Android Q. Celle-ci inaugure la présence d’un « dark mode » qui n’existait pas jusqu’à maintenant sur les appareils du constructeur chinois (ou de sa filiale Honor).

Avec sa nouvelle surcouche, Huawei permettra de passer d’un fond blanc à un fond bleu sombre à des fins d’économie d’énergie et proposera également un mode Always On Display sur ses appareils haut de gamme. A noter que l’EMUI de Huawei renforcera également la connectivité entre les différents appareils du constructeur et les automobiles compatibles, via le lancement d’un rival au CarPlay, le mode HiCar. Une bêta publique de la nouvelle surcouche made in Shenzhen devrait être lancée à compter du 8 septembre prochain sur les smartphones compatibles.

Go to Source


bouton-devis