IBM débourse encore 2,6 milliards de dollars pour alimenter son docteur Watson en données de santé

IBM débourse encore 2,6 milliards de dollars pour alimenter son docteur Watson en données de santé IBM débourse encore 2,6 milliards de dollars pour alimenter son docteur Watson en données de santé © IBM

A lire aussi

Un concours IBM Watson doté de 5 millions de dollars pour prouver que l'IA vous veut du bien

IBM veut mettre Watson au service de l'internet des objets (et inversement)

Intelligence artificielle : IBM veut mettre Watson partout… même dans les jouets de vos enfants

Encore une acquisition d’IBM dans les services cloud de données pour la santé. Big Blue a conclu un accord avec le fonds d’investissement Veritas Capital pour lui racheter Truven Health Analytics. L’opération, qui se monte à 2,6 milliards de dollars, devrait être finalisée à la fin de l’année 2016. C’est sa quatrième et plus grande acquisition dans le domaine après Phytel, Explorys et Merge Healthware. Au total, ces opérations représentent un investissement de près de 4 milliards de dollars.

Apport de 8500 clients

Fondée en 2012, dans l’Etat du Michigan, Truven Health Analytics propose des services en ligne de données pour l’écosystème de santé. Parmi ses 8500 clients, elle compte des professionnels dans les hôpitaux, les cliniques, les pharmacies, les assurances ou encore les administrations. Elle apporte à IBM un effectif de 2500 personnes et une base données de 215 millions de patients.

Cette acquisition s’inscrit dans les ambitions d’IBM pour son système d’intelligence artificielle Watson dans le médical, choisi comme l’un des trois domaines stratégiques de déploiement de cette technologie aux côtés du monde de la finance et des services clients. C’est pour cela que le groupe dirigé par Ginni Rometty a créé en avril 2015 la division Watson Health.

Une base de données de 300 millions patients

Avec le renfort de Truven Health Analytics, Watson Health porte ses effectifs à 5000 personnes et sa base de données à 300 millions de patients. De quoi donner à IBM les moyens de toucher indirectement un américain sur trois par ses services d’analyse de données médicales.

Go to Source