Impots.gouv.fr : la vidéo Youtube de la discorde

La communication n’a rien d’aisé. On sentait pourtant que la direction générale des finances publiques avait voulu faire passer le message d’une façon originale en adoptant un format vidéo. Les internautes qui arrivaient donc sur le site impots.gouv.fr étaient donc accueillis par une pop up contenant une vidéo Youtube expliquant de façon pédagogique la façon dont le prélèvement à la source serait mis en place en 2019.

 

Mais les utilisateurs venus déclarer leurs revenus pour l’année passée n’ont pas vraiment apprécié l’attention : il était en effet impossible de passer outre la vidéo et d’accéder directement au service de déclaration en ligne, ce qui a singulièrement énervé les visiteurs. Cela peut se comprendre, les pop up qui s’imposent en plein milieu de la page et ne proposent pas d’option pour les fermer réveillent de mauvais souvenirs à tous ceux qui ont connu le web du début des années 2000 et ses publicités agressives.

Le problème se pose aussi pour les utilisateurs qui refusent les cookies déposés sur leurs navigateurs ou utilisent la navigation privée : dans ce cas précis, chaque connexion au site des impôts leur imposait de visionner à nouveau la vidéo, ce qui n’encourage pas vraiment à revenir.

L’enfer est pavé de bonnes intentions

Outre l’inconvénient de la méthode, de nombreux utilisateurs critiquent également le choix du portail Youtube pour héberger la vidéo. En effet, ce choix de la DGFIP permet à Google d’obtenir des données sur les visiteurs du site impots.gouv.fr, par exemple l’historique de navigation avant d’arriver à la page hébergeant la vidéo. La pilule est un peu délicate à avaler compte tenu du fait que, comme le remarque NextInpact, les administrateurs auraient pu profiter du mode « Confidentialité avancée » proposé par Youtube pour éviter que les utilisateurs français ne soient visés par la régie publicitaire de Google en allant déclarer leurs revenus.

Le débat s’est déplacé sur Twitter, où de nombreux utilisateurs sont venus se plaindre de ce choix de la DGFIP. Le gestionnaire du compte Twitter de la DGFIP s’est alors expliqué auprès de la communauté, rappelant qu’il s’agissait « d’une évolution très importante » et que celle-ci méritait bien l’attention des internautes.

La DGFIP a également publié un communiqué de presse à l’attention du public afin de répondre aux inquiétudes des internautes : dans celui ci, la direction précise notamment que l’utilisation de Youtube ne présente « aucun risque de confidentialité sur les données fiscales des usagers. » Le communiqué laisse néanmoins entendre que l’administration ne voit pas le problème dans le fait d’avoir recours à Youtube pour diffuser ses vidéos et rappelle que de nombreux sites gouvernementaux utilisent des plateformes de ce type. 

La gronde semble néanmoins avoir poussé les administrateurs du site à faire quelques changements puisqu’il est maintenant tout à fait possible de passer outre la vidéo et d’accéder au site après 3 secondes d’attente, ce qui ne semble pas avoir été le cas la semaine passée.

Go to Source


bouton-devis