Intel et Microsoft assureront bien le support des PC Huawei

Intel et Microsoft assureront bien le support des PC Huawei

Dès le début de l’affaire Huawei de nombreuses questions se sont posées pour les possesseurs de smartphones de la marque. Les même interrogations existent pour ceux qui possèdent un PC Huawei comme le Matebook X Pro ou qui envisageaient d’en acheter un. Microsoft et Intel les rassurent aujourd’hui.

Tout avait pourtant mal débuté. Quelques jours après l’annonce des sanctions américaines, Microsoft avait retiré de le vente les modèles de PC Huawei vendus sur la version US du Microsoft Store. Cela pouvait laisser penser que Microsoft envisageait de couper complètement toute relation avec les machines Huawei. La semaine dernière l’éditeur a finalement remis en vente les machines sur son site, expliquant avoir attendu l’avis du département américain du commerce pour écouler les stocks existants.

Il restait toutefois des zones d’ombre concernant les mises à jour de Windows pour les PC déjà en service et ceux encore en vente, notamment  au niveau des correctifs de sécurité et de qualité que Microsoft délivre chaque mois. Aujourd’hui Microsoft a confirmé à PCWorld qu’il était autorisé par le régulateur à continuer de délivrer des mises à jour. Même si l’éditeur de Windows 10 ne détaille pas si cela concerne l’intégralité des mises à jour comme celles considérées comme majeures, les correctifs de sécurité seront bien distribués.

Intel a également confirmé au magazine qu’il continuerait à fournir les mises à jour de pilotes et patchs de sécurité aux utilisateurs qui utilisent des machines Huawei équipées de composants Intel. Les appareils en service le resteront et ceux qui sont actuellement en vente peuvent donc être achetés sans crainte de se retrouver avec un ordinateur obsolète dans les prochains mois.

Cette bonne nouvelle ne signifie toutefois pas que Huawei va continuer à produire de nouveaux modèles de PC à l’avenir. Si Microsoft, Intel ou Google assureront logiquement le support des appareils existants ils devraient se voir interdire par leur gouvernement de travailler avec la marque chinoise pour mettre au point de nouveaux produits.

à lire aussi

 

Rejoignez la conversation