Kepler, le télescope spatial de la Nasa, repart une dernière fois à la chasse aux planètes

Kepler, le télescope spatial de la Nasa, repart une dernière fois à la chasse aux planètes

Le télescope Kepler de la Nasa n’en finit pas de nous étonner. Le vaisseau a entamé sa dix-neuvième mission depuis le 29 août. Il a été sorti de son « mode veille » mais l’un de ses propulseurs se comportait de façon « inhabituelle », selon les mises à jour publiées par la Nasa. Il est également possible que les performances de visée du télescope soient amoindries.

Lancé en mars 2009, Kepler a connu une année tumultueuse. Il avait été placé en hibernation en juillet dernier au moment où TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), le nouveau chasseur de planète de la Nasa, entamait ses essais. Cette mise en sommeil de Kepler visait à préserver les données de sa dix-huitième mission stockées dans sa mémoire interne. Elles ont été téléchargées avec succès le 9 août.

19e et peut être dernière mission 

Au cours de sa quasi décennie dans l’espace, Kepler a affronté maints périls, notamment les bombardements de rayons cosmiques. En mars dernier, la Nasa avait estimé que les réserves de carburant du télescope devraient s’épuiser dans les prochains mois. Mais en l’absence de jauge donnant des indications précises, l’autonomie dont dispose encore Kepler est inconnue. Il est possible que cette dix-neuvième mission soit aussi la dernière, mais le petit chasseur de planète pourrait nous surprendre une fois de plus.

Depuis son lancement, le télescope a permis de confirmer l’existence de 2.652 exoplanètes dont trente situées dans la zone habitable, l’espace entourant une étoile où une planète pourrait théoriquement comporter de l’eau en surface et potentiellement une vie extraterrestre.

TESS, qui a pris la relève de Kepler et pourra couvrir une portion plus importante de l’espace, est totalement opérationnel depuis le mois dernier. Et il a déjà livré de magnifiques images du cosmos.

à lire aussi

 

Rejoignez la conversation