Kickass Torrent visé par les autorités, son fondateur arrêté

Le ministère américain de la Justice annonce un nouveau coup de filet dans sa lutte contre le téléchargement illégal. Et il s’agit cette fois d’une belle prise puisque les autorités américaines sont parvenues à mettre fin aux activités de Kickass Torrent, le plus grand site de partage de fichier torrent en activité.

Le site Kickass Torrent se présentait à ses débuts en 2008 comme un concurrent direct de PirateBay : il proposait lui aussi de récupérer les fichiers torrents nécessaires au partage d’œuvre en pair à pair. L’effondrement progressif de Piratebay à partir de 2009 lui a laissé le champ libre pour s’imposer comme l’acteur majeur de ce secteur.

Selon la plainte citée par le ministère américain de la Justice, le site rassemblait pas moins de 50 millions de visiteurs uniques par mois et dégageait des revenus publicitaires annuels estimés entre 12,5 et 22 millions de dollars. Devenu un poids lourd du téléchargement illégal, le site avait notamment été contraint à plusieurs changements d’adresse afin d’échapper à des tentatives de blocage. Il était accessible jusqu’à hier sur l’URL kat.cr, mais celle-ci a été bloquée par les autorités, ainsi que six autres adresses anciennement utilisées par Kickass Torrent.

Un air de déjà vu

En parallèle de ce blocage du site, le fondateur a été arrêté par la police polonaise. Il est accusé d’avoir développé et administré le site de partage illégal et le communiqué du ministère de la Justice précise qu’il sera extradé vers les États Unis afin d’y être jugé. L’administrateur est notamment accusé d’avoir permis de faciliter la distribution de contenus contrefaits, pour une somme évaluée à plus d’un milliard de dollars.

L’affaire n’est évidemment pas sans rappeler la fin de Piratebay. Si Piratebay est aujourd’hui encore accessible, il n’a en effet plus grand-chose à voir avec le projet imaginé par ses trois fondateurs. Ces derniers ont été contraints d’abandonner le site suite à l’action des autorités américaines et les plaintes de l’industrie du divertissement. Les trois fondateurs avaient finalement été reconnus coupables des accusations de contrefaçons et avaient été condamnés à des peines variables, allant jusqu’à de la prison ferme. Difficile d’imaginer un scénario différent pour les administrateurs de Kickass torrent.

Go to Source