La filiale banking de Sopra Steria compte racheter SAB

Pour se renforcer dans les logiciels de Core Banking et les solutions opérées, Sopra Banking Software, filiale de Sopra Steria, annonce sa volonté d’acquérir l’éditeur français SAB.

Les fondateurs-dirigeants de SAB, Henri Assaf (à gauche) et Olivier Peccoux devraient garder leurs fonctions à l’issu du rachat total de leur entreprise. (Crédit : SAB)

Sopra Steria annonce son projet d’acquérir SAB, éditeur de logiciels de Core Banking français, via sa filiale Sopra Banking Software. Elle prendrait, dans un premier temps, une participation majoritaire au capital et, au bout d’un an, la totalité des parts de cette entreprise fondée en 1989. Les deux cofondateurs, Olivier Peccoux et Henri Assaf, resteraient engagés dans leurs rôles actuels pour accompagner les équipes dans la période de transition et au-delà.

Cette acquisition renforcerait la position de Sopra Banking Software dans le domaine des logiciels de Core Banking tout en étendant ses capacités en Europe et en Afrique. Par ailleurs, à partir de leurs positions respectives, Sopra Banking Software et SAB pourraient déployer plus largement les offres du groupe, notamment celles développées autour de la Digital experience platform (DxP) du premier et dégager des synergies de revenus autour de composants-métier. L’offre de solutions opérées de SAB intéresse aussi particulièrement la SSII pour compléter son portefeuille d’offres ASP et SaaS.

Fondée en 1989, SAB compte plus de deux cents références, majoritairement des banques de détail. La société a généré en 2018 un chiffre d’affaires de 64,4 M€. La récurrence de ses revenus est élevée puisque les services de maintenance et les services opérés en mode ASP1 représentent, respectivement, 30 % et 12 % du chiffre d’affaires 2018. Plus des trois quarts de son activité sont réalisés en France, notamment auprès de banques de taille intermédiaire alors que Sopra Banking Software opère chez des grands comptes.

Go to Source


bouton-devis