La Maif investit 3 millions d'euros dans Cozy Cloud pour son programme MesInfos

La Maif investit 3 millions d'euros dans Cozy Cloud pour son programme MesInfos La Maif investit 3 millions d’euros dans Cozy Cloud pour son programme MesInfos © Cozy Cloud

A lire aussi

Comment la Maif se pose en vulgarisateur de l'économie du partage

Pourquoi la Maif investit massivement dans Numa

La Maif investit 1,7 million d'euros dans la start-up collaborative MesDépanneurs.fr

Alors que se profile la réglementation européenne DSP2 (directive sur les services de paiement 2), qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018, la Maif se tient prête. Pour porter sa politique « data », l’assureur mutualiste va expérimenter la remise à disposition des données personnelles à travers le projet MesInfos, porté par le think tank FING. « Cette volonté s’inscrit dans la lignée de DSP2, qui donnera la possibilité à tout un chacun de récupérer ses données personnelles », témoigne Romain Liberge, CDO de la Maif.

Pour un cloud personnel

L’assureur a aussi annoncé avoir investi 3 millions d’euros dans la start-up Cozy Cloud via son fonds d’investissement Maif Avenir. « La maîtrise de la donnée est un sujet central. En s’appuyant sur la technologie de Cozy Cloud, la Maif veut donner accès à ses sociétaires à un cloud personnel « , explique Romain Liberge, CDO de la Maif. Née en 2012, la start-up a développé une plateforme open-source décentralisée et hébergée soit chez le particulier soit chez un tiers de confiance, tel que OVH, Gandi et désormais la Maif.

Décloisonner les données

L’objectif : permettre aux citoyens de reprendre la main sur leurs données. « Le problème des GAFA est qu’ils fonctionnent en silo (Facebook ne croise pas ses données avec celles de Google par exemple ndlr), l’objectif de Cozy Cloud est de décloisonner ces silos.  On permet ainsi à l’individu de se réapproprier ses données », précise Benjamin Andre, PDG de Cozy Cloud.

En collectant les données issues de différents services, la start-up vise à agréger l’ensemble des données personnelles (mail, compte bancaire, factures ou internet des objets) et les exploiter via un écosystème d’applications et des services.  « Nous avons une approche écosystèmique. Pour faire face à IOS, Android a eu approche similaire. Il est parti du principe que les services et applications développées par la concurrence viennent enrichir son propre écosystème. Nokia et Blackberry n’ont pas eu ce raisonnement mais ont développé leur propre système, on sait comment ils ont fini », analyse le dirigeant de la start-up.

Après une première levée de fonds de 800000 en amorçage en juillet 2014, cette nouvelle levée de fonds de 4 millions d’euros au total, devrait permettre à Cozy Cloud d’accélérer son développement commercial. 

Go to Source