La start-up ContainerX arrive sur le marché des gestionnaires de conteneurs


Ancien de NetApp et Citrix, Kiran Kamity est aujoud'hui le CEO de ContainerX. (crédit : D.R.)

Ancien de NetApp et Citrix, Kiran Kamity est aujoud’hui le CEO de ContainerX. (crédit : D.R.)

Des anciens de VMware, Microsoft et Citrix lancent ContainerX, un start-up à l’origine d’un outil musclé destiné aux DSI désirant centraliser leurs grappes de conteneurs d’applications.

Juste avant la conférence DockerCon UE, la semaine prochaine à Barcelone, ContainerX espère créer le buzz avec son gestionnaire de clusters dédié aux conteneurs. En 2006, VMware avait publié une technologie révolutionnaire appelée planification dynamique des ressources (DRS ou Dynamic Resource Scheduling), qui a permis à son logiciel de gestion de machine virtuelle de réaffecter automatiquement les machines virtuelles entre les différentes applications en fonction de leur charge. ContainerX, une start-up fondée par quelques-uns des membres de l’équipe qui ont aidé à créer cette fonctionnalité chez VMware tente d’apporter cette même technologie aux conteneurs d’application.



L’équipe de ContainerX qui sera présente au prochain DockerCon UE, les 16 et 17 novembre prochains à Barcelone.

Fondée, il y a tout juste un an, ContainerX a déjà amassé 2,7 millions de dollars de la part d’investisseurs très connus dans la Silicon Valley, à savoir Steve Herrod de General Catalyst, qui est l’ancien CTO de VMware, et Jerry Chen, de Greylock Partners, également un ancien dirigeant de VMware. L’engouement autour des containers atteint aujourd’hui un niveau très élevé. Les développeurs ont afflué vers cette technologie pour empaqueter plus facilement leurs applications et les exécuter dans des environnements hétérogènes. Mais Kiran Kamity, CEO de ContainerX et ancien de NetApp et Citrix, souligne que les outils qui permettent aux DSI de bien gérer les conteneurs font encore défaut.

Créer un pool de containers sanctuarisés

L’idée de base à l’origine de ContainerX est de regrouper les ressources d’infrastructure que les conteneurs peuvent utiliser. Une des bons points est que la plate-forme est indépendante du matériel, ce qui signifie qu’il est possible de contrôler des serveurs bare-metal, des environnements virtualisés, ou même une plate-forme de type cloud public. Avec ContainerX, les conteneurs peuvent être indifféremment exécutés sur l’une ou l’autre de ces plates-formes.

Un autre élément clef de ContainerX est qu’il permet aux DSI de créer un pool de ressources conteneurisées dédié à des équipes de développement. C’est essentiel, indique le CEO, parce que cela crée une isolation entre les différents pools de conteneurs. Cela signifie que s’il y a un récipient « voyou » – celui qui pillent les ressources du réseau et du compute – il ne pourra pas impacter les autres pools de conteneurs.

Une technologie unique pour gérer les pools de ressources

Là où ContainerX se distingue vraiment de ses concurrents – Kubernetes et autres – c’est vraiment avec l’intégration de cette technologie de planification dynamique des ressources dans cet environnement. Grâce à une solution baptisée Elastic Container Clusters, si l’un des pools de conteneurs a été placé en haute priorité – s’il exécute une application métier, par exemple – ContainerX peut automatiquement réaffecter les ressources disponibles sur l’infrastructure – réparties sur les différents pools – afin de fournir plus de capacités calcul ou réseau aux pools prioritaires en cas de besoin.

Le Dr Pradeep Padala, CTO de ContainerX, a travaillé chez Hewlett Packard, Microsoft, VMware. Il fait partie de l’équipe qui a contribué au développement de DRS chez VMware, et a déposé un brevet en instance de validation pour la technologie Elastic Container Clusters. Un troisième membre de l’équipe technique de ContainerX est un ancien ingénieur émérite de Microsoft.

Un marché encore naissant

Kiran Kamity espère que ContainerX pourra devenir la plate-forme centrale pour les professionnels IT chargés de gérer l’ensemble de leurs charges de travail dans des conteneurs – une sorte de vSphere pour les conteneurs. Mais la concurrence s’annonce féroce. Beaucoup de fournisseurs – tels que VMware, Red Hat et même Amazon Web Services – ont ajouté le support des conteneurs dans leurs outils de gestion existants. Une flopée de start-ups tente également de faire connaître leur gestionnaire de containers.

Et comme le marché est encore émergent, les opportunités sont pour très importantes pour plusieurs startups comme CoreOS. ContainerX, compte tenu de sa technologie haute de gamme et de son équipe composée de très gros calibres, est aujourd’hui l’un des acteurs à surveiller. Le prix de sa solution n’a pas encore été dévoilé mais le modèle retenu sera un abonnement avec une offre freemium. Une version bêta du logiciel sera disponible très bientôt.