La Terre pourrait un jour être frappée par une éruption solaire massive

La Terre pourrait un jour être frappée par une éruption solaire massive

La Terre pourrait être frappée par une « super éruption stellaire » avec des conséquences potentiellement désastreuses. Ce n’est pas le synopsis du prochain film catastrophe de Roland Emmerich, mais bien le constat qui se dégage des travaux réalisés par une équipe de scientifiques. Yuta Notsu, l’auteur principal de l’étude parue dans « The Astrophysical Journal » a profité de la 234e conférence de l’American Astronomical Society pour expliquer cette découverte.

Un phénomène encore méconnu… 

Les éruptions solaires de taille normale sont fréquentes, il y en a en moyenne plusieurs dizaines par an, la toute première observation remonte à 1859, c’est donc un phénomène connu. En revanche, les « super éruptions stellaires » n’ont été découvertes qu’en 2009 en utilisant le télescope spatial Kepler. Ce phénomène, plus rare et bien plus violent semble se produire sur des soleils jeunes.

L’objectif de cette étude était donc de déterminer si ces éruptions pouvaient se réaliser sur une étoile plus ancienne, comme la nôtre. Pour le découvrir, ils ont utilisé des données récoltées par le satellite Gaia, de l’Agence spatiale européenne. Et la réponse du scientifique est sans équivoque, « la question n’est pas de savoir si [une super éruption] va se produire, mais quand.« 

…mais potentiellement catastrophique 

Une super éruption stellaire est donc envisageable, mais l’âge de l’étoile semble avoir un impact important sur la fréquence. « Les jeunes étoiles ont des super éruptions une fois par semaine […] pour le soleil, c’est une fois tous les quelques milliers d’années en moyenne » a indiqué Yuto Notsu, ajoutant « si une éruption s’est produite il y a 1000 ans, ce n’était probablement pas un gros problème. Les gens ont peut-être vu une grosse aurore, mais maintenant, c’est beaucoup plus grave à cause de notre électronique« .

En effet, le bouclier magnétique de la Terre ne pourrait pas être suffisant pour dévier les particules. L’électronique qui gère nos sociétés serait alors fortement impacté. Pour se faire une idée un peu plus précise, en 1989 un simple orage magnétique avait plongé le Québec dans le noir pendant neuf heures…

Source : colorado.edu