La vie privée est-elle une réelle préoccupation des utilisateurs de Facebook ?

 

Les internautes soucieux de la vie privée ou utilitaristes avant tout ? Les adultes américains sont en tout cas tout aussi accros aux réseaux sociaux aujourd’hui qu’ils l’étaient un an plus tôt, selon une étude du cabinet Pew.

Il semble que la série de scandales liés à la protection de la vie privée et aux fausses informations au cours des dernières années n’ait pas dissuadé les Américains d’utiliser les réseaux sociaux. La part d’internautes déclarant utiliser ces services est restée relativement stable sur un an.

Facebook : je t’aime moi non plus

Facebook demeure l’une des principales plateformes parmi les adultes américains en termes de popularité. 69% d’entre eux déclarent ainsi utiliser les services en ligne de la firme de Mark Zuckerberg.

Cela représente même une augmentation d’un point par rapport à l’an dernier. (Son utilisation a en revanche bien diminué chez les adolescents américains, selon un autre sondage Pew mené l’an dernier. Cette tendance n’est pas récente toutefois) Quant à YouTube, son utilisation est stable à 73 %.

Si certains services reculent, cette baisse semble toutefois déconnectée des problématiques de protection des données personnelles. C’est par exemple le cas de Pinterest, dont la part d’utilisateurs est passée de 29% à 28%.

Twitter décline de deux points à 22%. En revanche, LinkedIn progresse de 25% à 27%, Instagram de 35% des adultes à 37% – quand Snapchat abandonne trois points en un an à 24%. Ce dernier reste néanmoins populaire auprès de son cœur de cible, les jeunes adultes.

Selon le rapport Pew, Instagram est utilisé par 67% des 18 à 29 ans, tandis que Snapchat l’est par 62% des personnes de ce même groupe démographique. Même à l’intérieur de cette tranche d’âge, il existe des différences quant à la fréquence d’utilisation de ces plateformes.

Les personnes âgées de 18 à 24 ans sont plus susceptibles d’utiliser Snapchat (73%) et Instagram (75%), comparativement à celles âgées de 25 à 29 ans (47% disent utiliser Snapchat, contre 57% pour Instagram).

Déconnexion entre confiance et usage

L’utilisation de Facebook, par contre, s’avère assez uniforme entre les différentes classes d’âges. 68% des personnes âgées de 50 à 64 ans et 76% de celles âgées de 18 à 24 ans utilisent le site, selon le rapport.

De quoi rassurer les dirigeants de Facebook et les encourager à minorer leur investissement en faveur de la vie privée ? Ces résultats suivent pourtant une série de controverses récentes, dont le scandale Cambridge Analytica en 2018.

Les réseaux sociaux sont aussi critiqués par les régulateurs partout dans le monde pour leur manque d’engagement dans la lutte contre la diffusion de fausses informations, les contenus haineux et les ingérences politiques étrangères.

Les utilisateurs de services en ligne se montreraient eux moins critiques. Pas si sûr. Si les internautes continuent de se connecter à ces plateformes, leur temps d’utilisation peut néanmoins diminuer. Les chiffres contredisent cette hypothèse.

Un sondage Pew de 2018 révélait pourtant que les utilisateurs de Facebook prenaient des mesures pour limiter leur utilisation de la plateforme, en supprimant l’application ou en cessant une période de se connecter.

Or, les derniers chiffres publiés par le cabinet soulignent que les utilisateurs de Facebook sont aussi actifs sur la plateforme qu’en 2018. Environ trois quarts d’entre eux se connectent sur le site tous les jours. Entre confiance et usage, la déconnexion paraît bel et bien consommée.

Go to Source


bouton-devis