Le bloqueur de pub Adblock Plus attaqué au porte-monnaie

Les bloqueurs de publicité sont un problème pour un certain nombre d’éditeurs de presse. Mais s’il y en a un qui agace plus que les autres, c’est sans doute le logiciel de l’éditeur Eyeo : AdBlock Plus. Pourquoi ?

Car celui-ci propose un système de liste blanche. Mais pour y figurer, les sites à fort trafic doivent payer. Pour Axel Springer, qui publie notamment Bild, hors de question de rémunérer Eyeo pour pouvoir diffuser ses publicités auprès des internautes.

Des poursuites étendues en Europe ?

Et le tribunal d’appel de Cologne vient de lui donner raison. D’après les magistrats, le groupe de presse n’a pas à verser d’argent en échange de son inscription à la liste blanche ou de publicité acceptable d’AdBlock Plus.

Et cette décision est fondée sur une loi sur la concurrence introduite en 2015 dans le droit allemand et basée sur une directive européenne. Cela laisse-t-il la porte ouverte à des poursuites dans d’autres pays de l’UE en se fondant sur cette même directive ? L’accusé assure que le droit allemand est allé au-delà d’une simple transposition de la directive. A voir cependant.

Quels effets pour le moment ? « (…) si Springer nous soumet des publicités à mettre en liste blanche, et que celles-ci correspondent à nos critères, nous les inscrirons gratuitement en liste blanche comme les 90% d’autres entreprises de notre liste blanche. »

Le blocage de publicité n’est pas illégal

Eyeo digère mal sur son blog cette décision favorable à une « maison d’édition numérique multimilliardaire qui possède la majorité des quotidiens en Allemagne ». La victoire du grand contre le petit, est-il suggéré.

Néanmoins, le gestionnaire du bloqueur de pub se réjouit que la victoire ne soit que partielle. Axel Springer attendait des juges qu’ils prononcent l’illégalité d’AdBlock Plus. Mais comme en première instance, il a échoué sur ce point.

Eyeo estime donc avoir gagné sur l’essentiel, voyant dans ce jugement la confirmation de la légalité à 100% du blocage publicitaire. Cependant, pour protéger son business model basé sur une inscription payante à la liste payante, il annonce d’ores et déjà qu’il fera appel de cette décision.

Go to Source