Le ministère de l'Intérieur se fait blacklister par Wikipédia pour "foutage de gueule"

Le ministère de l’Intérieur semble héberger des trolleurs de haut niveau. Le Canard Enchaîné révèle en effet qu’un ou plusieurs fonctionnaires de la place Beauvau se sont amusés à spammer l’encyclopédie en ligne Wikipédia, par nature collaborative.

Mais au ministère, il ne s’agissait pas de modifier ou de mettre à jour des fiches mais plutôt d’altérer des contenus, notamment la fiche de présentation de l’encyclopédie où des insultes ont été insérées. Evidemment, la manoeuvre n’est pas passée inaperçue et Wikipédia a d’abord prévenu de ce « vandalisme répété ». « Veuillez cesser immédiatement toute dégradation de Wikipedia. Au prochain acte de vandalisme, vous serez interdits en écriture. »

Ce qui n’a pas empêché le ou les auteurs de poursuivre leur croisade. Résultat des courses, Wikipédia a décidé de bloquer pendant un an l’IP à l’origine de ces dégradations pour « attitude non collaborative », « passage en force » et même « foutage de gueule » du contributeur, IP qui appartient au parc des PC connectés de l’Intérieur.

Au ministère, on semble être coutumier du fait. En 2013, ses services avaient tenté 6 fois dans la même journée de modifier la fiche du préfet de police de l’époque, afin de faire disparaître certaines informations gênantes…