Le service de mesure d’influence Klout ferme ses portes

Vous vous souvenez de Klout ? Non ? Ce service lancé en 2008 avait voulu surfer sur l’essor des réseaux sociaux et se proposait d’attribuer à ses utilisateurs un score visant à mesurer leur influence sur les réseaux sociaux. Les internautes pouvaient choisir de se connecter sur le service, qui agrégeait des statistiques issues des différents réseaux sociaux et de vous indiquer les domaines d’expertises pour lesquels vous étiez reconnus sur ces réseaux. Avec un pitch pareil, le service avait fait beaucoup parler de lui lors de son lancement et avait récolté quelques moqueries. Si l’idée pouvait paraître intéressante en 2008 (et encore), force est de constater que le développement des outils statistiques par les plateformes de réseaux sociaux a fini par rendre Klout tout à fait inutile.

 

Dix ans après son lancement, Klout a finalement annoncé que le service allait prendre fin. Dans un message posté sur le site, le PDG de Lithium Technologies Pete Hess annonce ainsi officiellement la fin de Klout, prévue pour le 25 mai prochain. Le service avait en effet été racheté en 2014 pour 200 millions de dollars par Lithium Technologies, un éditeur spécialisé dans la création d’outils de gestion des réseaux sociaux à destination des entreprises.

Le message publié sur le blog esquisse les raisons de cette mise à mort du service : Lithium entend concentrer ses forces sur le développement d’une nouvelle application de messagerie. Le PDG précise au passage que ce rachat n’a pas été inutile, puisqu’il a permis à Lithium Technologies de faire main basse sur plusieurs technologies de machine learning et d’intelligence artificielle développées par les équipes de Klout.

La date du 25 mai rappellera sûrement quelque chose à certains : c’est en effet la date d’entrée en vigueur du RGPD (Règlement General sur la Protection des données.) Le PDG de Lithium Technologies ne mentionne pas cet aspect dans la liste des raisons ayant provoqué la mise à mort du service, mais on imagine que l’arrivée du règlement a pu tout à fait jouer un rôle : plutôt que de lancer dans la pénible tâche de mettre aux normes un service moribond, de nombreuses sociétés préfèrent profiter de l’arrivée prochaine du RGPD pour mettre fin à ces mêmes services.

Go to Source


bouton-devis