Les déchets plastiques comme carburant pour les voitures à hydrogène ?

Les déchets plastiques comme carburant pour les voitures à hydrogène ?

La pollution plastique est considérée comme une véritable catastrophe environnementale. En 1997, le navigateur Charles J. Moore découvre lors d’une course entre Los Angeles et Honolulu la première plaque de déchets dans l’océan pacifique. Une zone de 3,4 millions de km2 est identifiée avec en moyenne 334 271 fragments de plastique par km2.

Des efforts sont fait pour retraiter et recycler les déchets plastiques, mais les rejets sont toujours trop importants. Grâce à la découverte de plusieurs scientifiques de l’université de Swansea, cela pourrait bien changer et avec un peu de chance, les déchets plastiques pourraient même un jour servir à alimenter les voitures à hydrogène.

L’équipe du Dr Moritz Kuehnel a découvert un procédé qui permet de transformer un déchet plastique en hydrogène. Pour réussir cela, il faut découper le plastique, le rendre rugueux et ajouter un photo catalyseur qui absorbe la lumière du soleil. Les déchets sont alors exposés à la lumière et plongés dans une solution alcaline (pH supérieur à 7) ce qui produit de l’hydrogène gazeux.

Un procédé qui  dégrade et transforme plus de déchets

M. Kuehnel a déclaré à la BBC : « il y a beaucoup de plastique utilisé chaque année et seulement une fraction est recyclée […] nous essayons de trouver un usage à ce qui n’est pas recyclé ». 

Car l’inconvénient du recyclage conventionnel des bouteilles en plastique c’est qu’elles sont généralement fabriquées à partir de PET, du polyéthylène téréphtalate et ce matériau doit être lavé pour être recyclé en bouteilles neuves. Avec  le procédé du Dr Moritz Kuehnel, il n’est pas nécessaire de nettoyer le plastique pour qu’il soit traité : « même s’il y a de la nourriture ou un peu de graisse dans un bac à margarine, cela n’arrête pas la réaction, mais l’améliore ».

Enfin cerise sur le gâteau, l’hydrogène produit par le recyclage peut potentiellement être utilisée comme carburant pour les véhicules compatibles. Rappelons que Toyota, l’un des leaders dans le domaine des véhicules à hydrogène, espère commercialiser 30.000 unités par an après 2020 et vise le million de voitures à pile à combustible d’ici 2030. Au Japon, Toyota lancera en 2020 un autobus à pile à combustible appelé Sora, dont les piles à combustible sont composées d’hydrogène et d’oxygène pour produire de l’électricité.

à lire aussi