Les Français préfèrent les mots de passe à la biométrie

Le mot de passe reste largement préféré aux moyens biométriques pour se connecter aux services en ligne.

Le mot de passe reste largement préféré aux moyens biométriques pour se connecter aux services en ligne.

Une étude YouGov / GMX Caramail met en avant la popularité du mot de passe comme moyen d’authentification, préféré à la biométrie.

Mots de passe critiqués, mots de passe piratés mais mots de passe plébiscités ! Voilà l’étonnante conclusion d’une étude menée à l’initiative de GMX Caramail. Alors même que les spécialistes en sécurité ne cessent de critiquer des mots de passe trop simples à découvrir, le cas échéant par attaque en force brute (en testant tous les mots de passe possibles), et que de nombreux râleurs se plaignent des mots de passe à se rappeler, ces mêmes sésames restent la méthode préférée des Français pour se connecter à des services en ligne à partir de n’importe quel terminal.

Et cette préférence est extrêmement nette et franche. En effet, 55% des répondants le citent comme moyen préféré, très loin devant le deuxième choix, le capteur d’empreinte digitale (12%) et un troisième choix qui n’est qu’une version dégradée du mot de passe, le code PIN à plusieurs chiffres (11%). La biométrie évoluée est très très loin derrière : reconnaissance rétinienne (4%), reconnaissance faciale (2%) ou reconnaissance vocale (2%).

Davantage prisé encore chez les utilisateurs de plus de 55 ans

Il y a peu de différence entre les sexes, les femmes ayant une légère tendance à préférer encore davantage le mot de passe (55% contre 54% pour les hommes) et le code PIN (12% contre 10%) tandis que les hommes sont moins défavorables au lecteur d’empreinte digitale (14% le préfèrent contre 10% pour les femmes). Par contre, il existe des différences sensibles dans les réponses selon les âges. Ainsi, le mot de passe est préféré par 47% des 18-24 ans contre 60% des plus de 55 ans, avec une progression régulière liée à l’âge. Le code PIN est, à l’inverse, préféré par les jeunes (18% chez les 18-24 ans contre 7% chez les plus de 55 ans), tout comme le lecteur d’empreinte (18% chez les 18-24 ans contre 10% chez les plus de 55 ans). En rupture avec la progression liée linéairement à l’âge, la reconnaissance rétinienne est appréciée par 5% des 25-54 ans contre 1% des 18-24 ans et 3% des plus de 55 ans.

Méfiants sur la rétention de données et sur le bon fonctionnement

Malgré tous les inconvénients connus du mot de passe et, pire, du code PIN, ceux-ci ont visiblement deux avantages essentiels aux yeux des internautes : ça marche et ce n’est pas intrusif. En effet, le sondage a demandé aux répondants de préciser leurs réticences (liste d’affirmations avec plusieurs réponses possibles) et 38% ont déclaré « Je ne veux pas que des entreprises collectent, enregistrent et utilisent mes données personnelles pour la connexion à des services en ligne », 34% déclarant « J’ai peur de ne pas pouvoir accéder à mes différents comptes en ligne avec ces méthodes d’authentification biométrique en cas de dysfonctionnement » et 28% « J’ai peur que des hackers puissent passer outre les méthodes d’authentification biométrique et se connecter à mes comptes en ligne ».

20% jugent même que la technologie biométrique n’est tout simplement pas au point. Seuls 21% estiment que la biométrie est plus sécurisée que les mots de passe.
Les tendances technophobes sont légèrement renforcées chez les femmes. De même, plus l’âge avance plus la méfiance envers les entreprises et l’utilisation possible des données personnelles s’accroît. Mais les jeunes sont davantage méfiants sur la fiabilité et la sécurité des technologies elles-mêmes.

Go to Source