Les plateformes de streaming musical digèrent mal la hausse des rémunérations des artistes

Les plateformes de streaming musical digèrent mal la hausse des rémunérations des artistes

Il ne faut pas avoir peur des mots, le streaming a sauvé l’industrie musicale. Selon la RIAA (Recording Industry Association of America), qui représente les intérêts des différents labels outre-Atlantique, le marché de la musique aux États-Unis — le premier au monde — a généré 9,8 milliards de dollars de revenus en 2018 (+12% par rapport à 2017), dont 75% en provenance des différents services de streaming.

Mais la généralisation de ce modèle n’a pas fait que des heureux à commencer par les artistes qui touchent des royalties inférieurs sur le streaming que sur la vente de disques physiques. Conscient du problème et parce que l’industrie musicale reprend des couleurs, le Copyright Royalty Board (CRB), l’organisme américain – comparable à notre SACEM française – qui gère les sommes reversées a voté en faveur d’une revalorisation des redevances versées aux artistes de 44% sur une période de cinq ans

Sauf que le bonheur des uns fait le malheur des autres. L’annonce a été accueillie pour le moins froidement par les différentes plateformes de streaming. Spotify, Amazon, Google et Pandora ont décidé d’interjeter appel de cette décision et ont publié un communiqué indiquant que « si la décision du CRB était maintenue, elle nuirait aux titulaires de licences de musique et aux titulaires de droits d’auteur. Par conséquent, nous demandons à la Cour d’appel du circuit de Washington de réviser la décision.« .

Sur les réseaux sociaux, les réactions se sont multipliées : « Pour la première fois en 110 ans, les auteurs-compositeurs perçoivent une augmentation des redevances en fonction de l’évolution du secteur de la musique et c’est ainsi que réagissent les entreprises de la Tech » vocifère ainsi Justin Tranter, qui a écrit entre autres pour Britney Spears ou Justin Bieber ou Ariana Grande. Notons au passage l’absence d’Apple. La firme à la pomme préfère certainement se tenir éloignée de la polémique…  

à lire aussi

 

Rejoignez la conversation