Les politiques allemands nus sur Internet après un piratage

 

Des centaines de politiques allemands, dont Angela Merkel, sont concernés. Des données personnelles les concernant ont été divulguées sur Internet. Et cela durant plus d’un mois, avant que les autorités en soient finalement alertées.

Les données, publiées par un utilisateur de Twitter nommé @_0rbit, comprenaient des informations personnelles sur la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que des numéros de téléphone, des documents et des adresses électroniques pour les principaux politiques allemands.

Pas de traces de piratage de l’Etat 

Le piratage a touché les membres de tous les partis politiques allemands, à l’exception d’Alternative pour l’Allemagne (AfD), le groupe politique d’extrême droite du pays. Le premier message a été publié le 1er décembre. Ensuite le hacker a publié des mises à jour quotidiennes jusqu’à vendredi dernier, date à laquelle son compte a été suspendu par Twitter.

« Le fait d’afficher les renseignements personnels d’une personne sans sa permission ou son autorisation constitue une violation directe et grave des règles de Twitter » a justifié un porte-parole de l’entreprise dans un courriel.

Le pirate a toutefois fourni plusieurs liens de sauvegarde pour que les internautes puissent continuer de télécharger les fichiers piratés. Les fuites ont touché des politiques allemands à tous les niveaux, du gouvernement municipal aux parlements européens, a déclaré Martina Fietz, porte-parole de la chancelière Merkel. « Le gouvernement allemand prend cet incident très au sérieux » ajoute-t-il.

L’Office fédéral allemand pour la sécurité de l’information, le BSI, a déclaré dans un tweet vendredi qu’il enquêtait sur le piratage avec le National Cyber Defense Center. Il n’a trouvé aucune preuve que le réseau du gouvernement ait été affecté par une cyberattaque.

Bien que les documents contiennent des renseignements personnels, comme des numéros de carte de crédit et des conversations privées, aucun document politiquement compromettant n’a émergé de la fuite.

Le gouvernement allemand a averti que certains des documents ayant fait l’objet de fuites auraient pu être falsifiés, et a déclaré qu’il vérifiait toujours toutes les données ayant fait l’objet de fuites.

La BSI examine si les données proviennent d’une seule attaque ou d’attaques multiples sur plusieurs années. Le Parlement allemand a été piraté en 2015, attaque attribuée par la suite aux autorités russes.

Go to Source


bouton-devis