L'hyperconvergence arrive sur l'agenda des DSI selon Doron Kempel, CEO de Simplivity

Doron Kempler s'est arrêté à Londres pour rencontrer des journalistes et des analystes.

Doron Kempler s’est arrêté à Londres pour rencontrer des journalistes et des analystes.

Le HCI (hyperconvergence infrastructure) semble avoir le vent en poupe dans les entreprises qui modernisent leur datacenter et déploient des solutions sur des sites distants, selon Simplivity. Le point sur le sujet avec Doron Kempel, CEO et président de la start-up.

En direct de Londres – Pour son troisième événement Simplivity Connect, le CEO et président de la start-up, Doron Kempel, est venu rencontrer une brochette de journalistes et d’analystes pour porter la bonne parole de l’hyperconvergence et notamment répondre à une question essentielle dans le cercle des DSI : pourquoi est-il si difficile de mettre en œuvre une nouvelle technologie ? « Nous sommes tous très occupés, estime le dirigeant, et il doit y avoir un réel bénéfice pour convaincre les plus sceptiques ». Aujourd’hui, le marché des infrastructures pèse une centaine de milliards de dollars et une révolution aussi importante que le passage du mainframe au serveur x86 se prépare avec l’hyperconvergence. « Cela peut aller très vite même si la transformation de l’IT reste une course de longue haleine», indique le dynamique CEO. Certains fournisseurs innovants comme Dec, Tandem Computers ou Stratus ont par exemple disparu. […] L’essor de l’hyperconvergence va accompagner celle du VDI dans les entreprises, notamment dans les services et la finance. Aujourd’hui, 65% de nos clients font déjà fonctionner tous leurs services sur Simplivity. L’hyperconvergence sort de son marché de niche early adopters pour intégrer l’agenda de tous les CIO ».

Simplivity compte profiter de l’engouement pour les plateformes hyperconvergées pour devancer les fournisseurs traditionnels et se poser en complément du cloud. (Crédit D.R.)

Fondée en 2009, Simplivity est aujourd’hui le principal concurrent de Nutanix, qui reste le leader sur le marché de l’hyperconvergence. Après 43 mois de développement, la start-up emmenée par Doron Kempler a réussi à se distinguer de son rival en mettant l’accent sur la gestion des données avec une déduplication à la source. Une carte accélératrice FPGA vient épauler les serveurs x86 sans licence processeur supplémentaire pour les clients VMware. « Nous sommes 50% plus efficace grâce à notre carte accélératrice pour traiter les données à la volée », assure le dirigeant. Sean Channon, global infrastructure architecte chez Merlin Entertainment (une chaîne de parc d’attractions), nous a ainsi expliqué qu’en adoptant une solution Simplivity, il est passé de 8 à 4 racks serveurs (2 noeuds Omnicube) et de 14 à 7 To de données après déduplication et compression.

Le support des containers dans les tuyaux 

Jesse St Laurent, vice-président en charge de la stratégie produit, nous a indiqué lors d’un entretien « qu’il ne suffit pas de rajouter des nœuds de stockage pour assurer le bon fonctionnement d’un SI ». Cinq dimensions sont indispensables pour assurer un bon équilibre : processeur, mémoire, stockage performance, stockage capacité et réseau. « Le réseau est justement un des points essentiels pour assurer un bon trafic entre l’Est et l’Ouest, mais nos systèmes ne poussent pas tout sur le réseau, uniquement ce qui est nécessaire entre deux Omnicube ».

Pour la virtualisation du réseau, Simplivity travaille avec NSX ou ACI, nous a indiqué Jesse St Laurent, vice-président en charge de la stratégie produit.

Interrogé sur le support de containers et de l’architecture micro-services, Jesse St Laurent nous a expliqué que la plate-forme modulaire de Simplivity avec la partie connecteurs facilite l’intégration des containers au coté des autres hyperviseurs. Des annonces sont attendues dans les mois à venir concernant l’adoption des containers, qui pourraient notamment passer par le support des initiatives de VMware et Microsoft qui travaillent d’arrache-pied sur le sujet. « La question est encore de savoir comment nous allons supporter cette architecture [les containers] quand cela aura du sens au niveau du marché », a poursuivi Jesse St Laurent. Au sujet du business réalisé avec les partenaires (Dell, Cisco et Lenovo principalement), le dirigeant a botté en touche en indiquant que la société ne détaillait pas ses résultats. On a juste appris que douze mois après l’accord avec Cisco, 200 clients avaient retenu la solution de Simplivity et qu’Omnistack – la partie logicielle – grandissait plus vite qu’Ominicube, l’appliance dédiée. « Les clients aiment construire leurs solutions, nous allons donc continuer. La valeur d’Omnistack, c’est qu’ils peuvent prendre la plate-forme qu’ils désirent. Et nous allons renforcer nos développements sur la partie administration »

Des solutions pour les Robo 

Simplivity a également annoncé le renforcement de son catalogue avec l’Omnicube CN-1400 et l’Omnistack avec Lenovo System x pour les sites distants. Deux solutions censées répondre aux problèmes liés à la gestion des sites distants dans le cadre d’un plate-forme globale unifiée. Si Omnicube CN-1400 est immédiatement disponible, la solution Omnistack avec Lenovo System x arrivera à la fin de l’été.

Go to Source