Linux installé sur la Nintendo Switch : une porte ouverte pour les jeux piratés ?

Linux installé sur la Nintendo Switch : une porte ouverte pour les jeux piratés ?

Des pirates de l’équipe fail0verflow ont réussi à installer le système d’exploitation Linux sur la Nintendo Switch. Une opération qui ouvre le champ des possibles et qui sera impossible à empêcher sur les consoles déjà en circulation. La faille en question se trouve dans le Boot ROM de la puce Nvidia Tegra X1 – le premier code significatif qui s’exécute lorsque l’on lance la console. Ce dernier est directement intégré dans le SoC, il est donc impossible de le modifier avec une mise à jour.

La porte ouverte aux jeux piratés ? 

L’équipe de hackers précise qu’il n’est pas nécessaire de modifier le matériel de la console pour effectuer l’opération. Cette « performance » devrait certainement aboutir à l’arrivée de jeux piratés. La présence de Linux devrait également faciliter l’installation de divers logiciels et même du système d’exploitation pour mobile Android.

Si effectivement il semble impossible de corriger le problème sur les consoles existantes, nul doute que des modifications auront lieu sur les prochains modèles.