Mabl automatise les tests logiciels avec du machine learning

Les tests logiciels accaparent toujours trop de temps dans les entreprises tiraillées par les délais de mise en production. Pour accélérer et automatiser ces derniers, Mabl pousse un service de tests hébergé sur GCP.

Izzy Azeri, maker de la start-up Mabl, chez son VC Charles River Ventures (CRV) à Palo Alto.

En direct de Palo Alto. Fondée en 2017 à Boston par Izzy Azeri et Dan BelcherMabl se positionne sur un créneau original : les tests logiciels mais avec le recours au machine learning pour automatiser la chose et les rendre le plus facile possible aux développeurs. Notamment dans le cadre DevTestOps. « Le design de Mabl a été conçu comme un service moderne pour la création de tests sans script. Il n’est plus besoin d’être un développeur pour réaliser des tests logiciels », nous a expliqué Izzy AzeriCEO et cofondateur de la start-up, chez son VC Charles River Ventures (CRV) à Palo Alto.

« Quand un test est créé, il est hébergé sur Google Cloud et testé ensuite sur différents navigateurs. GCP est utilisé pour ses services analytiques, batch et ML (BigQuery, Dataflow et Cloud ML Engine). Nos clients n’ont pas besoin de se soucier des infrastructures ». Le choix de GCP n’est toutefois pas anodin, puisque Google s’était porté acquéreur en 2014 de la précédente start-up d’Izzy Azeri et Dan Belcher, Stackdriver, pour un montant non divulgué. Avant de se lancer dans une nouvelle aventure, le duo a regardé les opportunités et constaté que les équipes de développement et de tests passaient beaucoup trop de temps à simplement maintenir le rythme des tests avant le passage en production. Avec l’apport de l’apprentissage machine, ils se sont dits qu’ils pourraient aider à automatiser le processus des tests et surtout le livrer sous la forme d’un service cloud.

Un tableau de bord pour les résultats de tests

La solution proposée par Mabl ne regarde pas vraiment les lignes de code, mais s’assure qu’un site Web ou un service n’affiche pas d’erreurs Javascript, de liens brisés et se charge rapidement. Les résultats du test sont regroupés dans un tableau de bord. Lorsqu’un problème est trouvé, l’étape du processus – où le problème s’est produit, – est pointée et une capture d’écran envoyé à l’équipe de test ou de développement qui peut l’analyser et le corriger si nécessaire. Mabl ne réalise pas encore de stress test, mais si les clients le demandent la chose est envisageable, nous a expliqué Izzy Azeri. Ce dernier nous a également signalé l’arrivée de Mabl Enterprise avec le support de Kubernetes pour gérer les containers, même dans l’environnement Windows. « Si vous voulez 1 000 tests, nous pouvons provisionner 1 000 containers avec une sécurité optimum grâce au chiffrement des données des clients avec Connect Link ».

Pour les tarifs, les prix démarrent à 59 $ HT par mois avec 250 tests par jour et montent à 499 $ HT avec 2000. Mabl revendique une soixantaine de clients dans le monde et une grosse demande des systèmes intégrateurs comme Accenture pour industrialiser leur plate-forme de tests et répondre aux besoins de leurs clients. Signalons pour finir que Mabl a levé 30 millions de dollars à ce jour (Tours A et B) pour assurer son développement et attaquer le marché européen.

Go to Source


bouton-devis