Mark Zuckerberg (Facebook) : Nous avons changé, c’est promis

 

C’est 2019, mais Mark Zuckerberg n’en a pas encore terminé avec 2018 et son lourd passif pour le réseau social. Cette année a sans doute été la plus difficile des 14 années qui se sont écoulées depuis qu’il a cofondé Facebook dans sa chambre à Harvard.

Scandale Cambridge Analytica, témoignage au Congrès américain, piratage massif touchant 29 millions de personnes… En quelques années à peine, Zuckerberg est passé d’un candidat éventuel à la présidence à une parodie dans SNL. C’est rude.

« Nous avons fondamentalement modifié notre ADN »

Dans son billet de fin d’année, Zuckerberg affiche néanmoins son optimisme, quoique en se montrant plutôt sur la défensive. Le patron de Facebook l’assure, « Nous avons fondamentalement modifié notre ADN. »

A quelles fins ? Lutter contre l’ingérence dans les élections, la désinformation, les propos haineux, et promettre à ses utilisateurs plus de contrôle sur leurs données. Le dirigeant souligne que Facebook compte désormais 30.000 personnes affectées aux questions de sécurité et de harcèlement. Des milliards de dollars sont investis dans la sécurité chaque année, ajoute-t-il.

Pour autant, Zuckerberg reconnaît qu’une année ne suffira pas pour régler ces différents problèmes. Des plans pluriannuels sont cependant prévus pour y remédier. « Dans le passé, nous ne nous concentrions pas autant qu’il le fallait sur ces questions, mais nous sommes à présent beaucoup plus proactifs. »

« J’ai beaucoup appris en me concentrant sur ces questions et nous avons encore beaucoup de travail devant nous » admet Zuckerberg, qui n’oublie pas la positive attitude : « Je suis fier des progrès que nous avons réalisés en 2018 et reconnaissant à tous ceux qui nous ont aidés à y arriver – les équipes de Facebook, nos partenaires, les chercheurs indépendants […] Je m’engage à continuer à faire des progrès sur ces questions importantes à l’aube de la nouvelle année. »

Mais quid de son défi personnel ? Zuckerberg a pris l’habitude ces dernières années de se fixer de nouvelles ambitions, comme de lire plus, d’apprendre le mandarin ou de développer un assistant personnel comme Jarvis.

Et en 2019 ? Rien de neuf à ce jour. Toutefois, il doit encore venir à bout de l’objectif qu’il s’est donné un an plus tôt à savoir de réparer Facebook. Mark Zuckerberg est loin d’en avoir terminé avec cette mission.

Go to Source


bouton-devis