Microsoft et Google croissent deux fois plus vite qu’Amazon dans le cloud d’infrastructure

Microsoft et Google croissent deux fois plus vite qu’Amazon dans le cloud d’infrastructure Microsoft, l’un des champions de la croissance dans le cloud d’infrastructure © Brian Snyder

A lire aussi

Le marché français du cloud atteint 8,5 milliards d’euros en 2017

Le cloud privé, une manne de 26 milliards de dollars dans le monde en 2022

Le cloud d’Amazon en route pour franchir les 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018

Amazon Web Services, le bras armé d’Amazon dans le cloud d’infrastructure, qui comprend les services IaaS (Infrastructure as a service) et PaaS (Platform as a service), reste indétrônable. Selon le cabinet Canalys, il termine le quatrième 2017 avec une part de marché de 32% dans le monde, loin devant Microsoft (14%), Google (8%) et IBM (4%).
 

Retard d’IBM dans le cloud public

Mais la dynamique semble clairement en faveur de ses deux plus gros challengers. Sur un marché mondial qui a augmenté de 46% pour atteindre 15,6 milliards de dollars au quatrième trimestre 2017, Microsoft se distingue par un bond de 98% et Google par un saut en avant de 85%. Ils croissent deux fois plus vite qu’Amazon Web Services qui affiche une hausse en ligne avec le marché de 45%.

Des quatre leaders du marché, c’est IBM qui sort comme le grand perdant de la course. Avec une progression de seulement 9%, il croît cinq fois moins vite qu’Amazon Web Services et dix fois moins vite que Microsoft et Google. Un retard dû à sa faiblesse dans le cloud public qui constitue le segment le plus porteur du marché et où ses trois plus grands concurrents sont mieux placés.

Sur l’ensemble de l’année 2017, le marché atteint 55 milliards de dollars, en progression de 45%, selon les chiffres communiqués à L’Usine Digitale par Canalys. Entre 2016 et 2017, la part de marché d’Amazon Web Services passe de 31,8% à 31,4%, celle de Microsoft de 10% à 13,4% et celle de Google de 5,1% à 6,4%.
 

Craintes de sécurité des entreprises

Canalys s’attend à un point d’inflexion du marché en 2018 avec un ralentissement de la croissance à 36%. En cause, les failles de sécurité Meltdown et Spectre découvertes dans les microprocesseurs d’Intel qui motorisent l’écrasante majorité des serveurs des datacenters des fournisseurs du cloud. Les craintes de sécurité risquent de pousser les entreprises à être plus prudentes dans la migration de leur infrastructure informatique vers le cloud.

Le cabinet entrevoit un autre défi pour les acteurs du marché lié au règlement général de protection des données, le fameux RGDP, dans l’Union européenne. Les entreprises risquent d’accorder davantage d’attention à leur mise en conformité à ce règlement, qui entre en application en mai 2018, qu’à leurs projets dans le cloud.

Go to Source


bouton-devis