Nancy : trois Anonymous condamnés pour des attaques contre des sites Web

Les Anonymous sont de nombreuses causes, comme en témoigne par exemple l’annonce par des membres de ce collectif d’anonymes après les attaques terroristes de Paris. Ces hackers (qui parfois aussi n’en sont pas) réagissent régulièrement à des décisions politiques ou des évènements médiatiques.

Et les protestations prennent souvent la forme d’attaques informatiques en déni de service. Trois d’entre eux ont ainsi participé à des attaques contre les sites internet de la région Lorraine, du conseil départemental de la Meuse et de l’Andra (Agence nationale de gestion des déchets radioactifs).

Des entraves mais pas d’intrusion informatique

L’AFP précise que ces attaques s’inscrivaient dans le cadre de l’opération les « Grands Projets Inutiles et Imposés » (GPII) » et ici plus précisément l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse). Pour leur participation à ces attaques, le tribunal de Nancy a condamné trois Anonymous, trois hommes de 20, 36 et 41 ans.

Ils écopent de peines de prison avec sursis (jusqu’à 8 mois) pour avoir entravé un système et participer à un mouvement en bande organisée. Leur équipement informatique a été confisqué et ils devront également indemniser la région et le département pour ces attaques.

A noter que l’un des Anonymous avait aussi pris pour cible le site du ministère de la Défense suite à la mort d’un militant écologiste opposé au barrage de Sivens : Rémi Fraisse. Précisons enfin que les accusations d’intrusion et modification de données n’ont pas été retenues.