Noms de domaines : Donuts fait le point sur les "notcom"

L’Icann a lancé en 2012 de nouveaux noms de domaines premier niveau (gTLD) permettant l’ouverture de nouveaux noms de domaines plus personnalisés selon différents secteurs. Un tournant rapidement négocié par des sociétés telles que Donuts, qui se spécialise dans la gestion de ces nouveaux noms de domaines personnalisés : au total, Donuts gère ainsi plus de 200 gTLD, allant du .immo au .finance en passant par le fameux .vin.

La gestion de ce dernier gTLD par un acteur américain avait d’ailleurs suscité des inquiétudes de la part des acteurs français de la filière viticole qui craignaient la multiplication de sites proposant des contrefaçons. La secrétaire d’État Axelle Lemaire avait d’ailleurs pesé sur le débat, mais pour le directeur marketing de Donuts, Jeff Davidoff, la polémique appartient aujourd’hui au passé. « Les inquiétudes qui ont été soulevées ont été résolues par ceux-là mêmes qui avaient exprimé des craintes » résume-t-il.

 

Donuts veut faire preuve de sa bonne foi en la matière et avait ainsi profité de l’occasion pour inviter Miren de Lorgeril, PDG du groupe viticole Lorgeril afin de mettre en avant son retour d’expérience. Pour elle, le choix du nom de domaine lorgeril.wine répondait à une logique plus large d’ouverture vers l’international. « Au cours des 30 dernières années, le vin est devenu un produit nettement plus connu à l’international et qui s’exporte maintenant dans le monde entier. Le choix d’un nom de domaine en .wine répondait donc à cette logique, afin d’être mieux identifiés. »

Chacun veut sa part du gâteau

Car c’est bien sûr cette logique d’identification que Donuts compte pour convaincre ses clients de délaisser les classiques .com pour un gTLD plus spécifique. Mais Jeff Davidson rappelle néanmoins que l’essentiel de leurs clients se constitue de nouveaux entrants. « Notre business ne se base pas sur les entreprises possédant un .com et qui décident de se tourner vers un notcom. »

Donuts entend rassurer avant tout les clients et tordre le cou aux inquiétudes liées à l’émergence de ces nouveaux noms de domaines. Le cybersquatting n’est ainsi pas aussi répandu que ce que l’on a pu croire sur ces domaines, grâce aux périodes de ventes « Sunrise » qui permettent aux marques d’acquérir en exclusivité les noms de domaines correspondant à leur business en disposant d’une priorité à l’achat à l’ouverture d’un nouveau gTLD. Ainsi, pendant la période Sunrise, Donuts a cédé 782 noms de domaines en .wine et 547 en .vin.

De la même manière, Donuts insiste sur le fait que ceux-ci n’influent pas sur le référencement Google, le moteur de recherche ayant précisé qu’il ne pénaliserait pas ces nouvelles adresses. Mais on peut rappeler qu’il ne les favorise pas non plus, Google étant plutôt agnostique en la matière. « Les premières inquiétudes ont été dépassées et on commence à voir une adoption plus massive de ces nouveaux noms de domaines », explique Jeff Davidoff. Donuts estime ainsi que 10 000 « notcom » sont ainsi enregistrés chaque jour, 4,4 millions entre février et mars 2016.

Les nouveaux gTLD se démocratisent, mais sont-ils un véritable « accélérateur de business » comme le vante Donuts ? Cela semble plus difficile à dire : si l’ion voit tout à fait l’intérêt pour une marque de protéger son image en s’assurant les noms de domaines correspondant, ou pour des nouveaux entrants qui souhaitent disposer d’une adresse personnalisée, la plus-value reste difficile à saisir.

Le choix d’un .wine ou .io plutôt qu’un .com peut se justifier dans le cadre d’un plan marketing visant à se démarquer de la concurrence ou faire valoir un ancrage local, comme dans le cas du .bzh. C’est indéniablement un plus, mais peut-être pas une solution miracle. Comme le résumait Elliott Gold, entrepreneur à l’origine de la startup londonienne de location d’espace de coworking work.life, « dans un contexte aussi concurrentiel que le nôtre, on fera tout ce qu’on peut pour se démarquer par rapport à la concurrence. » Un nom de domaine facile à retenir peut alors peser dans la balance.

Go to Source


bouton-devis